Accéder au contenu principal

Rugby à VII: la France se fracasse contre l'Angleterre, Tokyo passera par les repêchages

AFP
Publicité

Colomiers (AFP)

Deux stades, même ambiance: les équipes de France féminine et masculine de rugby à VII ont échoué dimanche à se qualifier directement pour les JO-2020, battues par l'Angleterre en tournoi de qualification olympique (TQO), et devront passer par le tournoi de repêchage pour espérer voir Tokyo.

Il s'agit d'un coup d'arrêt pour cette discipline, émergente en France. Certes, Bleus et Bleues auront en juin 2020 tous deux une dernière chance de participer à leurs deuxièmes Jeux consécutifs, quatre ans après Rio où le rugby à VII avait fait son apparition. Les garçons devront remporter le tournoi de repêchage, les filles terminer à l'une des deux premières places.

Une tâche plus accessible pour celles-ci, d'autant que le niveau est moins relevé que chez les messieurs: seule la Russie paraît à leur niveau, et les deux nations ne devraient pas se retrouver avant la finale.

Têtes de série N.1, Bleus et Bleues n'envisageaient cependant ce dimanche, à Colomiers (Haute-Garonne) et Kazan (Russie), que la qualification directe, qui passait par le gain de leurs TQO.

Ils ont manqué leur objectif, battus en finale à domicile pour les garçons (31-7), en demi-finales pour les filles (14-12), et avec cet échec s'envole une saison de préparation.

"Oui, la déception est grande car on était venus chercher quelque chose qu'on n'a pas. Mais je veux retenir qu'on est encore en vie, ce qui n'est pas le cas de l'Espagne et de l'Irlande, deux grosses nations", a déclaré à l'AFP David Courteix, entraîneur des féminines.

"Il reste une chance de voir les JO. C'est vraiment frustrant de finir comme ça mais il faut se remobiliser. Nous comme les filles d'ailleurs. On va revenir déterminés et tout faire pour nous qualifier", a embrayé Jean-Pascal Barraque, capitaine des Bleus.

- "En dessous de notre niveau" -

A la traîne la saison dernière et lors de la première partie de celle-ci sur le circuit mondial, Barraque et ses équipiers sont montés en puissance en deuxième partie, finalistes pour la première fois deux fois consécutivement, à Vancouver en mars puis Hong Kong en avril, "La Mecque" du rugby à VII.

Ils regardaient donc dans les yeux ces Anglais qu'ils avaient battus trois semaines plus tôt à Moscou.

Mais qui, plus expérimentés, ont su jouer à leur niveau, quand les Français sont passés au travers de leur finale. Ils étaient ainsi menés 21 à 7 à la mi-temps après avoir encaissé trois essais de la vedette anglaise Dan Norton.

"Il fallait gagner mais on a été en dessous de notre niveau. On n'a pas joué notre jeu. On était en retard. Il ne fallait pas jouer ce match comme ça et on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes. On n'a pas été précis", a reconnu le pilier Jonathan Laugel.

Les Bleues ont elles rivalisé jusqu'au bout avec les Anglaises, mais ont payé leurs erreurs défensives et leur manque de réalisme.

"Elles ont su nous empêcher de jouer, le match n'a jamais pris réellement de rythme, même s'il a été intense au plan du combat", a analysé Courteix.

- "Avec les tripes" -

Et ainsi s'échappe pour son équipe une deuxième voie de qualification pour les Jeux, après celle du circuit mondial, où les Françaises, vice-championnes du monde en 2018, ont terminé à la première place non qualificative (5e).

En Russie, elles ont cependant su se remobiliser pour remporter la petite finale face à l'Espagne (17-5) et ainsi se qualifier pour le tournoi de repêchage.

"On a fait preuve de caractère pour se remettre d'une telle désillusion. Je suis très fier de cette 3e place obtenue avec les tripes et, vraiment, du talent" a expliqué Courteix.

Se remobiliser, Bleus et Bleues devront donc le faire de nouveau dès la saison prochaine pour voir le Japon en 2020.

"On a les armes pour aller chercher cet objectif, a estimé l'entraîneur des Bleus Jérôme Daret. Il faut rebondir, continuer à travailler. Rien n'est fini. Ce match (contre l'Angleterre) doit nous permettre de grandir."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.