Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris s'avance dans le vert (+0,45%) à la mi-journée

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris évoluait en hausse mardi à mi-séance après une matinée calme, soutenue par la publication des résultats de plusieurs grandes banques américaines et en attendant des indicateurs outre-Atlantique.

A 13H45 (11h45 GMT), l'indice CAC 40 prenait 26,11 points, passant la barre des 5.600 points (5.604,32 points) dans un volume d'échanges de 1,2 milliard d'euros. Lundi, il avait fini sur une petite progression de 0,10%.

La cote parisienne, qui avait ouvert en très légère baisse, a passé une bonne partie de la matinée à osciller des deux côtés de l'équilibre avant de s'aventurer un peu plus dans le vert, grâce à des bons résultats venus des États-Unis.

JPMorgan Chase a ainsi dégagé un bénéfice net trimestriel record de 9,65 milliards de dollars et Goldman Sachs a annoncé des résultats meilleurs que prévu même si son bénéfice net baisse de 6,4% à 2,2 milliards de dollars.

Wall Street s'apprêtait de son côté à débuter proche de l'équilibre. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 0,07% , l'indice élargi S&P 500 0,06% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,08%.

"Les marchés sont calmes ce matin, la faible volatilité observée aux États-Unis hier soir ou en Asie cette nuit s'est transmise à l'Europe", note David Madden, analyste à CMC Markets.

"Le mouvement à la hausse porté par la petite amélioration des relations sino-américaines et la perspective d'une baisse de taux de la Fed est en pause et certains investisseurs reprennent leur souffle", a-t-il poursuivi.

La semaine dernière, le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell avait conforté les attentes des investisseurs en dressant un tableau en demi-teinte de l'économie américaine, ce qui laisse la porte ouverte à une prochaine baisse des taux directeurs.

Mardi matin, deux indicateurs étaient au menu en Europe en attendant une salve de statistiques américaines dans l'après-midi avec la production industrielle de juin ainsi que les ventes au détail du même mois.

Le moral des investisseurs s'est enfoncé en Allemagne en juillet à -24,5 points alors que les analystes prévoyaient une remontée.

L'institut ZEW qui publie ce baromètre relève notamment les conséquences du conflit commercial USA-Chine qui risquent de peser sur la première économie européenne.

En Grande-Bretagne, le chômage est resté stable fin mai, à 3,8% soit son plus bas niveau depuis 1974.

- Bancaires en vert, Renault voit rouge -

Du côté des valeurs, Bouygues conservait la tête de l'indice (+2,34% à 32,76 euros). La France a officiellement lancé lundi sa procédure d'attribution des fréquences 5G.

Orange était également en hausse, mais plus modestement (+0,34% à 13,35 euros) tandis qu'Iliad, maison mère du groupe Free, reculait de 1,08% à 94,96 euros.

LVMH progressait de 1,03% à 383,95 euros, après l'annonce d'un accord avec la maison de la créatrice britannique Stella McCartney qui avait quitté l'an dernier le giron du groupe Kering.

Kering faisait par ailleurs encore mieux (+1,29% à 526,60 euros) et l'autre géant du luxe Hermes était aussi en hausse (+0,47% à 635,20 euros).

Renault voyait rouge (-0,57% à 52,11 euros) pénalisé par ses ventes mondiales qui ont baissé de 6,7% au premier semestre, à 1,9 million de véhicules.

Il entraînait dans son sillage Michelin qui fermait la marche du CAC 40, en baisse de 2,33% à 108,95 euros, également miné selon des analystes d'Invest Securities par la baisse du marché du pneu en juin.

Aidées par les bons résultats de leurs homologues américaines, les valeurs bancaires étaient dans le vert: Société Générale qui va céder sa filiale aux Antilles prenait 0,48% à 22,93 euros, BNP suivait la même tendance (+0,50% à 43,06 euros) comme Crédit Agricole (+0,59% à 11,08 euros).

Recyclex accentuait ses pertes (-10,77% à 4,64 euros) pour sa reprise de sa cotation. Le spécialiste du recyclage des métaux, qui souffre de la chute des cours, a annoncé avoir toujours besoin de 40 millions d'euros supplémentaires pour sa trésorerie en 2020 et 2021.

Enfin, à l'inverse, Europacorp bondissait de 9,46% à 1,25 euros, porté par de discussions avec l'un de ses créanciers, le fonds d'investissement américain Vine, en vue d'une éventuelle prise de participation au capital.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.