Accéder au contenu principal

Le Congrès américain bloque une vente d'armes à Riyad

La Chambre des représentants rassemblée le 11 juin 2019.
La Chambre des représentants rassemblée le 11 juin 2019. Saul Loeb, AFP

La Chambre des représentants des États-Unis a voté, mercredi, pour une série de mesures visant à empêcher la vente d'armes aux Saoudiens et à leurs alliés. Pour outrepasser cette décision, Donald Trump devrait utiliser son droit de veto.

Publicité

Donald Trump vient de subir un nouveau revers au Congrès. Au travers d'une série de mesures, la Chambre des représentants des États-Unis a approuvé, mercredi 17 juillet, le blocage d'une vente d'armes d'une valeur de plus de 8 milliards de dollars à l'Arabie saoudite, ainsi qu'à leurs alliés jordaniens et émiratis.

"Quand on voit ce qui se passe au Yémen, il est important que les États-Unis prennent position", a déclaré au moment du vote Eliot Engel, élu démocrate à la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.

Les résolutions, bloquant les 22 ventes d'armes, sont déjà passées au mois de juin par le Sénat, contrôlé par les républicains, et doivent maintenant obtenir l'aval de la Maison Blanche. Le président Trump devrait opposer son veto, le troisième de sa présidence. Il faudrait alors aux deux chambres du Congrès une écrasante majorité des deux tiers pour outrepasser ce veto. Cette option est toutefois peu probable, car elle nécessiterait qu'une cinquantaine d'élus qui n'ont pas voté le blocage mercredi choisissent de voter contre le veto présidentiel.

Une première résolution contournée

Le numéro deux républicain de la commission des Affaires étrangères de la Chambre, Michael McCaul, a critiqué mercredi le résultat "dangereux" du vote de la chambre, mettant en avant "le déploiement des tentacules iraniens" dans le Moyen-Orient. "Si nous les laissons y parvenir, l'instabilité sera de mise et la sécurité de nos amis, comme Israël, sera menacée", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le Congrès avait déjà approuvé, début avril, une résolution exhortant le président Trump à cesser toute assistance à la coalition menée par l'armée saoudienne, qui intervient depuis 2015 dans la guerre au Yémen contre les rebelles houthis soutenus par Téhéran, ennemi commun de Riyad et Washington.

Une résolution contournée par l'administration Tump, qui avait autorisé la vente d'armes fin mai, en invoquant une situation d'urgence provoquée par l'Iran.

"Ne pas ignorer les violences et les massacres commis contre les civils"

Nombre d'élus se sont dits horrifiés par l'assassinat, l'an, dernier du journaliste saoudien Jamal Khashoggi par des agents de son pays, ainsi que par le conflit au Yémen.

Le rôle de l'Arabie saoudite dans les exactions commises contre les civils yéménites est régulièrement dénoncé par des organisations humanitaires et des responsables politiques du monde entier. "Nous ne devrions pas ignorer les violences et les massacres commis contre les civils", a déclaré le représentant démocrate Eliot Engel, mercredi.

De nombreux parlementaires américains, même dans les rangs républicains, considèrent également le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, comme le donneur d'ordre du meurtre de Jamal Khashoggi.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.