Accéder au contenu principal

Canicule : un Français sur quatre n'ose pas la tenue décontractée au travail

Des journalistes de l'AFP lors d'une conférence de rédaction, le 12 avril 2018, à Paris.
Des journalistes de l'AFP lors d'une conférence de rédaction, le 12 avril 2018, à Paris. Philippe Lopez, AFP

Alors que la canicule s'abat cette semaine sur 59 départements de l'Hexagone, une étude montre qu'un Français sur quatre n'ose pas se mettre à l'aise pour se rendre au travail, par peur du regard de ses collègues et de ses responsables.

Publicité

Les fortes chaleurs sont de retour en France depuis lundi 22 juillet mais un Français sur quatre n'ose pas se mettre à l'aise au travail, selon une étude réalisée sur 450 000 personnes interrogées entre le 20 et 24 juin 2019 et publiée par MisterTemp’ solution d’intérim multicanale.

Autre enseignement de l’étude : les femmes osent plus que les hommes. La majorité des femmes (83 %) se permettent de venir en jupe, robe ou short au travail, tandis que seulement 10 % des hommes osent sortir le short.

>> À lire : La canicule de retour en France, 59 départements placés en vigilance orange

Chaussures versus sandales

Même constat pour les chaussures : 22 % des Françaises viennent en chaussures ouvertes (sandales, tongs) tandis que seulement 4 % des hommes sortent leurs orteils. Pour les hauts, elles portent majoritairement (91 %) des t-shirts et débardeurs contre 63 % des hommes.

Que dit la loi au sujet des fortes chaleurs au travail ? Plus de 40 % des Français l’ignorent. Dans les faits, le code du travail ne prévoit rien, si ce n'est que l’employeur doit prendre toutes “les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs”. Il y a toujours la possibilité de faire valoir son droit de retrait si la chaleur sur son lieu de travail risque de mettre en danger la vie du salarié.

Le droit français pourrait évoluer dans les années à venir car les vagues de chaleur sont plus fréquentes en France depuis les années 1980 et sont appelées à se multiplier et à s'intensifier sous l'effet du réchauffement climatique.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.