Accéder au contenu principal

Tweet de Morano: "Ne pas se rouler dans la fange avec ceux qui s'y complaisent", réagit Sibeth Ndiaye

Publicité

Paris (AFP)

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a répondu lundi au tweet qu'elle juge "raciste" de Nadine Morano en appelant à "ne pas se rouler dans la fange avec ceux qui s'y complaisent".

"Je crois qu'il faut essayer d'élever un petit peu le débat et ne pas se rouler dans la fange avec ceux qui s'y complaisent", a réagi la secrétaire d'Etat sur BFMTV.

"Quand on est responsable politique (...), en tout temps et en tout lieu, on doit essayer de faire respecter (les valeurs républicaines), et ça implique qu'on ne dit pas du Juif qu'il est riche parce qu'il y a un sous-jacent antisémite, ça implique qu'on ne dise pas de l'Arabe qu'il est voleur ou qu'on dise pas du Noir qu'il est paresseux et porte des tenues de cirque", a-t-elle mis en garde.

Dans un tweet publié vendredi, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy s'en était prise aux "inepties débitées souvent en tenue de cirque" de Mme Ndiaye, qualifiée de "Sénégalaise très bien née ayant obtenu la nationalité Française il y a 3 ans... visiblement avec de grandes lacunes sur la culture française".

Mme Morano, réélue eurodéputée LR en mai, en avait conclu que la porte-parole du gouvernement était "indigne de cette fonction gouvernementale en France", suscitant l'indignation de plusieurs ministres et nombreux députés du parti présidentiel LREM.

"Ca fait longtemps que ce genre de propos" de Nadine Morano, qui sont "de toute évidence" racistes, "ne me touchent plus" personnellement, a précisé Sibeth Ndiaye.

"Mais je pense surtout à tous ceux qui, n'étant pas ministre et pouvant subir par ailleurs ce type d'attaques dans leur vie quotidienne, eux, ont besoin que la parole légitime qu'est la parole politique soit une parole qui est exemplaire", a-t-elle ajouté.

Elle a mis en garde contre ceux qui veulent "fracturer notre pays" et qui veulent "que ceux qui vivent dans une ville soient opposés à ceux qui vivent dans une campagne, que ceux qui sont de couleur soient opposés à ceux qui sont blancs, que ceux qui sont musulmans soient opposés à ceux qui sont catholiques".

"La République française que je chéris, elle dit : liberté, égalité et fraternité", a-t-elle insisté.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.