Accéder au contenu principal

Mondiaux de natation: les médias chinois dénoncent le "clown" Horton dans l'affaire Sun

L'Australien Mack Horton (g) refuse de monter sur le podium du 400 m libre remporté par le controversé chinois Sun Yang (c) aux Mondiaux, le 21 juillet 2019 à Gwangju
L'Australien Mack Horton (g) refuse de monter sur le podium du 400 m libre remporté par le controversé chinois Sun Yang (c) aux Mondiaux, le 21 juillet 2019 à Gwangju AFP
Publicité

Shanghai (AFP)

"Arrogant", "grossier", "clown": le nageur australien Mack Horton était la cible mardi des médias d'Etat chinois, après son refus de partager le podium avec le nageur chinois Sun Yang aux championnats du monde de natation à Gwangju.

Dimanche soir, Horton a montré ostensiblement sa défiance à l'égard de Sun, sacré champion du monde du 400 m pour la quatrième fois d'affilée, en ne montant pas sur le podium pour recevoir sa médaille d'argent, puis en se tenant à l'écart sur les photos souvenirs.

Sun Yang, 27 ans et désormais triple champion olympique et décuple champion du monde, est au coeur d'une affaire de contrôle antidopage rocambolesque, au cours duquel sa mère aurait fait détruire à coup de marteau un échantillon de sang en septembre dernier.

Le journal anglophone China Daily a estimé mardi que Horton, 23 ans, "s'est humilié avec ses singeries".

"Inutile de dire que de telles initiatives sont plutôt grossières et manquent de la plus élémentaire des bonnes manières", a souligné le quotidien.

"Ne pas rejoindre Sun sur le podium n'était pas une protestation, mais une insulte."

La Fédération internationale de natation (Fina) n'a pas non plus apprécié l'initiative de Horton et lui a adressé une "lettre d'avertissement".

Aux JO de Rio en 2016, quand l'Australien avait privé Sun du titre olympique sur 400 m, il avait déjà déclaré n'avoir "pas de respect pour les dopés".

La Fina n'a pas sanctionné Sun Yang pour l'affaire des fioles de sang en raison d'un vice de forme, ce qui lui permet d'être présent aux Mondiaux. Mais il sera entendu par le Tribunal arbitral du sport (TAS) en septembre, l'Agence mondiale antidopage (AMA) ayant fait appel.

Déjà suspendu trois mois pour dopage en 2014, il risque la suspension à vie qui s'applique en cas de récidive. Il a toujours clamé son innocence dans ces deux affaires.

Le Quotidien du peuple, le journal officiel du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, a dénoncé les "actes et paroles grandiloquents et arrogants" de Mack Horton.

Quant à la télévision publique CCTV, elle a accusé l'Australien d'avoir "agi tel un clown".

L'écrasante majorité des internautes chinois n'étaient guère plus tendres envers le jeune nageur.

"Il faut le punir!", s'emportait un utilisateur du réseau social Weibo, un autre le traitant de "racaille".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.