Accéder au contenu principal

Submergée par les résultats, la Bourse de Paris retient sa respiration

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris a fini en léger recul mercredi (-0,22%), prenant le temps de décortiquer les nombreux résultats de sociétés, avant d'en savoir plus sur les intentions de la Banque centrale européenne jeudi.

L'indice CAC 40 a reflué de 12,29 points à 5.605,87 points, dans un volume d'échanges moyen de 3 milliards d'euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,92%.

Après quelques pas à l'équilibre, la cote parisienne a cédé une partie des gains engrangés la veille, sans pour autant redescendre sous les 5.600 points.

"Le marché s'est focalisé sur les publications, qui ont été globalement plutôt de bonne facture", a estimé auprès de l'AFP Yann Azuelos, un gestionnaire de portefeuilles de Mirabaud France.

"Des indicateurs un peu moroses ont rendu l'indice un peu lourd, mais le marché a bien résisté. Malgré la légère baisse du jour, il reste toujours dans la dynamique de hausse d'un indice qui a pris plus de 18% depuis le 1er janvier", selon lui.

"Des écarts se creusent toutefois entre les bons élèves des mois précédents, comme les valeurs technologiques européennes, de bonne qualité et un secteur bancaire, par exemple, toujours un peu à la traîne", a analysé l'expert.

La publication d'indicateurs PMI décevants en zone euro, avec notamment une croissance de l'activité privée dans la région qui s'est repliée en juillet pour atteindre son niveau le plus bas depuis trois mois, ont un peu pesé.

La croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro au secteur privé a pour sa part légèrement augmenté en juin, selon des chiffres de la BCE.

L'attente de la réunion de la Banque centrale européen a aussi suscité une certaine circonspection, même si la majorité des investisseurs estiment qu'après avoir affiché en juin sa détermination à soutenir l'économie, la Banque centrale européenne devrait au minimum préparer les esprits jeudi à un abaissement de taux, probablement entériné en septembre.

Sur le front des valeurs, l'indice SBF 120 submergé par un flot des publications a fait le grand écart entre le bond de Nexity (+10,76% à 43,84 euros) dynamisé notamment par un relèvement des prévisions de chiffre d'affaires pour 2019, et le plongeon de Tarkett (-17,83% à 16,50 euros), lesté par un bénéfice net divisé par presque quatre au premier semestre.

Ingenico a profité (+6,43% à 82,42 euros) d'un bénéfice net en hausse de 32% au premier semestre 2019, à 80 millions d'euros, tiré par de bons résultats commerciaux notamment dans son activité de terminaux de paiements.

Dassault Systèmes a gagné 4,68% à 140,95 euros, fort d'un bénéfice net de 134,1 millions d'euros au deuxième trimestre 2019, en hausse de 3,7%, tiré notamment par un chiffre d'affaires dans le "haut de la fourchette des objectifs".

Peugeot SA a pris 1,50% à 23,06 euros. Le constructeur a surmonté les difficultés du marché automobile mondial pour atteindre une rentabilité "record" au premier semestre, grâce à la solidité de ses activités en Europe.

Seb a perdu 6,76% à 151,70 euros, affecté par le discours prudent du PDG sur le second semestre, même si le groupe a annoncé une prévision de croissance d'au moins 7% de son chiffre d'affaires en 2019.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.