Accéder au contenu principal

En Afghanistan, trois attentats font plusieurs morts à Kaboul

Une femme blessée est dépêchée aux urgences, à Kaboul, le 25 juillet 2019.
Une femme blessée est dépêchée aux urgences, à Kaboul, le 25 juillet 2019. Omar Sobhani, Reuters

La capitale afghane a été de nouveau touchée par des attentats-suicides, jeudi. Au moins dix personnes ont péri dans série de trois attaques, dont l'une visait un bus transportant des fonctionnaires.

Publicité

Trois explosions ont secoué Kaboul, en Afghanistan, jeudi 25 juillet, dans la matinée. Au moins dix civils, dont cinq femmes et un enfant, ont été tués et 45 blessés, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Un kamikaze à moto s'est fait exploser contre un bus dans l'est de la ville vers 8 h 10 heure locale (3 h 40 GMT), faisant cinq morts et dix blessés, a déclaré Nasrat Rahimi, le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

"Il y a des femmes et des enfants parmi les victimes", a-t-il poursuivi, ajoutant que le bus appartenait au ministère des Mines et du Pétrole. Le bilan pourrait évoluer, a-t-il encore estimé dans des messages envoyés sur WhatsApp.

Deux autres explosions, dont l'une attribuée à une voiture piégée, ont suivi peu après, a-t-il indiqué sans plus de précision.

Le troisième attentat revendiqué

Si les Taliban ont revendiqué la troisième explosion, par la voix de leur porte-parole Zabiullah Mujahid, ils ont toutefois affirmé n'avoir rien à voir avec les deux premières attaques.

Ces attentats ont eu lieu alors que le général Joseph Dunford, chef d'état-major des armées des États-Unis, s'entretenait avec des responsables de l'Otan dans la capitale afghane. La violence s'est intensifiée ces dernières semaines en Afghanistan, alors que les États-Unis mènent des pourparlers avec les Taliban pour tenter de parvenir à un accord de paix après bientôt dix-huit ans de guerre.

Les forces afghanes et les Taliban prétendent avoir infligé de lourdes pertes à l'autre partie mais les affrontements ont également tué ou blessé des dizaines de civils.

Avec l’AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.