Accéder au contenu principal

Le gouverneur de Porto Rico cède face à la rue et annonce sa démission

Un manifestant réclame la démission du gouverneur de Porto Rico à San Juan le 23 juillet 2019.
Un manifestant réclame la démission du gouverneur de Porto Rico à San Juan le 23 juillet 2019. Joe Raedle, AFP

Les manifestations géantes à Porto Rico ont eu raison de Ricardo Rossello, le gouverneur de cette île caribéenne épinglé pour ses propos homophobes et misogynes. Il a annoncé sa démission qui prendra effet le 2 août.

Publicité

Alors que dizaines de milliers de manifestants ont défilé contre lui depuis quinze jours à Porto Rico, Ricardo Rossello a fini par craquer. Le gouverneur de la petite île des Caraïbes, empêtré dans un scandale mêlant propos homophobes, sexistes et corruption, a annoncé jeudi 25 juillet sa démission.

"Après avoir entendu les accusations et discuté avec ma famille [...] j'ai pris la décision suivante de manière désintéressée : aujourd'hui je vous annonce que je démissionnerai du poste de gouverneur avec effet au vendredi 2 août à 17 h", a déclaré Ricardo Rossello dans une vidéo diffusée par le gouvernement.

Face aux manifestations s'indignant de ses propos offensants sur les femmes, les homosexuels et les victimes de l'ouragan Maria, Ricardo Rossello avait déjà annoncé, dimanche, qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en novembre 2020 et qu'il quitterait la direction de son parti. "J'ai commis des erreurs et j'ai présenté des excuses", avait-il déclaré dans une vidéo sur Facebook.

Blagues misogynes et homophobes

Porto Rico est secoué depuis mi-juillet par les révélations du Centre de journalisme d'investigation sur le contenu de conversations entre le gouverneur et onze hauts responsables locaux sur la messagerie Telegram. Selon des extraits publiés par le journal El Nuevo Dia, ces hommes y échangent blagues misogynes et commentaires homophobes, notamment visant le chanteur Ricky Martin.

Le président américain Donald Trump, dont les relations sont très tendues avec le démocrate Ricardo Rossello, s'est invité dans l'affaire. "C'est un gouverneur horrible", a-t-il estimé lundi.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.