Accéder au contenu principal

Trump prend la défense du rappeur A$AP Rocky et offusque la Suède

A$AP Rocky lors d'un concert à Las Vegas, le 19 mai 2019.
A$AP Rocky lors d'un concert à Las Vegas, le 19 mai 2019. AFP

Des responsables suédois ont vivement réagi, vendredi, à des propos peu diplomatiques de Donald Trump sur l'affaire A$AP Rocky. Le rappeur new-yorkais, soupçonné d'agression à Stockholm, est renvoyé devant un tribunal suédois.

Publicité

Passe d'armes politique entre la Suède et les États-Unis. Des responsables suédois ont vivement répondu à Donald Trump, vendredi 26 juillet, après que ce dernier a accusé jeudi leur pays de se désintéresser du sort des Noirs américains.

L'hôte de la Maison Blanche a réagi à l'annonce du renvoi devant un tribunal suédois du rappeur new-yorkais A$AP Rocky, soupçonné d'agression à Stockholm. Dans un style peu orthodoxe, Donald Trump a publié deux tweets accompagnés du hashtag #FreeRocky, utilisé sur Internet par la communauté hip-hop et les fans du rappeur.

"Très déçu par le Premier ministre suédois Stefan Löfven, qui n'a pas pu agir. La Suède a laissé tomber notre communauté noire américaine. J'ai regardé les vidéos d'A$AP Rocky, il était suivi et harcelé par des fauteurs de troubles", a-t-il écrit en référence aux vidéos de l'agression survenue le 30 juin à Stockholm. Avant d'ajouter : "Traitez les Américains équitablement !"

Dans un autre tweet, le président américain a fait pression : "Rendez sa liberté à A$AP Rocky." Puis il s'en est pris à la Suède : "Nous faisons tellement pour la Suède mais il ne semble pas que ce soit réciproque. La Suède ferait mieux de se concentrer sur son problème de la criminalité !"

"L'État de droit s'applique à tout le monde de manière égale"

Plusieurs personnalités politiques du royaume scandinave se sont émues de ces déclarations. "Donc, que faites-vous pour nous monsieur le président ?", a interrogé, sur Twitter, l'eurodéputé Fredrick Federley.

"J'ai rarement l'occasion de défendre Stefan Löfven mais cette attaque de Trump n'est pas raisonnable. En Suède, notre système judiciaire est indépendant du gouvernement", a réagi pour sa part le député de droite Jan Ericson.

L'ancien Premier ministre conservateur, Carl Bildt, a tenu à rappeler l'indépendance du pouvoir judiciaire suédois, reprenant l'argumentaire opposé par le gouvernement de Stefan Löfven depuis plusieurs semaines aux critiques américaines : "L'État de droit s'applique à tout le monde de manière égale et est exercé par un système judiciaire indépendant. Cela se passe comme ça aux États-Unis, et cela se passe bien sûr comme ça en Suède. L'ingérence politique dans le processus (judiciaire) est absolument interdit !"

Dans un autre tweet, Carl Bildt s'est adressé directement à Donald Tump : "Si Donald Trump tente d'entraver la justice dans son propre pays, il sera en grande difficulté avec les principes mêmes de la Constitution des États-Unis."

"En Suède, les citoyens sont égaux devant la loi. La Maison Blanche en a été informée. Maintenant, le processus judiciaire va suivre son cours", a déclaré Natali Sial, porte-parole du gouvernement.

Attaque "délibérée" ou légitime défense ?

A$AP Rocky, 30 ans, de son vrai nom Rakim Mayers, a été placé en garde à vue le 3 juillet à l'issue d'un concert, en compagnie de trois autres personnes, après une bagarre, le 30 juin, dans les rues de Stockholm.

Sur une vidéo amateur d'abord diffusée par TMZ, l'artiste, en visite dans la capitale suédoise pour un concert dans le cadre de sa tournée européenne, met au sol un jeune homme puis lui assène des coups. Dans d'autres vidéos postées sur le compte Instagram du rappeur, A$AP Rocky demande à plusieurs reprises à deux jeunes hommes de cesser de le suivre.

Des documents judiciaires obtenus vendredi par l'agence AP disent que Rakim Mayers et deux autres suspects ont "délibérément, ensemble et en accord" agressé la victime présumée. Le rappeur a affirmé qu'il avait agi en état de légitime défense.

La justice suédoise aura pour rôle d'éclaircir ce fait divers lors du procès du rappeur américain, prévu du 30 juillet au 2 août prochains.

Avec AFP et AP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.