Accéder au contenu principal

Championnats de France d'athlétisme: des Bleus pâles

Le Français Jimmy Vicaut lors des demi finales du 100m aux championnats de France de Saint-Etienne le 27 juillet 2019
Le Français Jimmy Vicaut lors des demi finales du 100m aux championnats de France de Saint-Etienne le 27 juillet 2019 AFP
Publicité

Saint-Étienne (AFP)

Un bilan mitigé: à deux mois des Mondiaux de Doha (27 septembre - 6 octobre), les têtes d'affiche de l'athlétisme français n'ont pas fait d'étincelles lors des Championnats de France disputés de vendredi à dimanche à Saint-Etienne.

Alors que la grande échéance de l'année approche à grands pas, les Bleus n'ont pas profité du week-end passé en terre stéphanoise pour mettre le pied sur l'accélérateur. Seuls quatre athlètes se sont ainsi ajoutés à la liste des Tricolores ayant atteint le "niveau de performance requis" (NPR) fixé par la Fédération française d'athlétisme (FFA) pour être sélectionnable pour le rendez-vous qatari (Jimmy Vicaut sur 100 m, Mouhamadou Fall sur 200 m, Laura Valette sur 100 m haies, Ninon Guillon-Romarin à la perche).

Certes, les pluies diluviennes ont fortement perturbé la compétition samedi mais l'état d'ensemble des troupes n'inspire pas à l'optimisme, même si le Directeur technique national Patrice Gergès s'est voulu positif.

"Il reste 2 mois, on n'est pas au bout de la route", a-t-il expliqué. "J'envisage un peu plus de +NPR+ à Bydgoszcz (la Coupe d'Europe par équipes, du 9 au 11 août, NDLR) qu'ici. On voit bien que, sur certaines disciplines, c'est impossible de faire le +NPR+ en championnat, comme en demi-fond parce qu'il faut être emmené. Je vois que ceux qui ont déjà fait la +perf+ demandée préparent le championnat et ne sont pas à la recherche du chrono, c'est intéressant."

- Lavillenie, Belocian, seules éclaircies -

Dimanche, les seules éclaircies sont venues du concours de la perche, remporté chez les hommes par Renaud Lavillenie (5,85 m) et du 110 m haies avec le sacre de Wilhem Belocian, vainqueur en 13 sec 14, même si le vent trop favorable (+3 m/s) a empêché le hurdleur de valider un nouveau record personnel.

Quelques heures après l'exploit de Sam Kendricks aux "Trials" américains (6,06 m), Lavillenie n'avait pas les moyens de répondre du tac au tac au sauteur texan mais le recordman du monde (6,16 m), qui a signé sa meilleure performance de la saison, monte progressivement en régime.

"Je gagne des petits centimètres au fur et à mesure, c'est toujours bon à prendre", a déclaré le champion olympique (2012). "J'ai réussi à monter mon niveau au fur et à mesure. J'ai vu la +perf+ de Kendricks en me réveillant. C'est un match à distance mais je préfère faire 5,85 m tout de suite et être à mon pic à Doha."

Belocian, qui a largement dominé le champion d'Europe Pascal Martinot-Lagarde (2e en 13 sec 41), s'impose de son côté sérieusement comme une réelle chance de médaille aux Mondiaux après près de trois ans gâchés par les blessures.

- L'inquiétude Lemaitre -

"Je retiens le titre, une belle victoire après une belle bagarre", s'est-il félicité. "J'aurais voulu que le chrono soit homologué. Je sais que j'ai le chrono dans les jambes, ça va descendre. J'ai réalisé le +NPR+ très tôt, ça m'a libéré d'un poids, donc je suis arrivé ici plutôt détendu. Maintenant je me prépare tranquillement pour Doha."

Pour le reste, il y avait de quoi rester sur sa faim. Christophe Lemaitre, médaillé de bronze olympique sur 200 m, a trouvé le moyen de ne terminer que 6e (20 sec 90). Il y a urgence pour le sprinteur d'Aix-les-Bains.

"Il faut s'inquiéter", a réagi Patrice Gergès. "Pas de façon péjorative mais il faut s'y intéresser pour savoir comment l'accompagner à pouvoir y arriver."

Alexandra Tavernier (69,75 m) a été très loin de son record de France du marteau (74,84 m) et la médaillée d'argent olympique Mélina Robert-Michon, qui revient cette saison après une pause en 2018 pour cause de maternité, a été sacrée championne de France du disque pour la 18e fois à 40 ans sans pouvoir s'approcher des standards internationaux avec un jet moyen à 60,55 m. Difficile pour l'instant d'envisager un avenir radieux au Qatar avec ce genre de prestations.

kn-rg

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.