Accéder au contenu principal

Pékin appelle l'exécutif hongkongais à punir les auteurs de violences

Des manifestants encerclés par les gaz lacrymogènes durant de nouvelles protestations à Hong Kong, dimanche 28 juillet.
Des manifestants encerclés par les gaz lacrymogènes durant de nouvelles protestations à Hong Kong, dimanche 28 juillet. Anthony Wallace, AFP

Le gouvernement central chinois a appelé, lundi, l'exécutif de Hong Kong à sanctionner les auteurs de violences et à "rétablir l'ordre au plus vite", au lendemain de nouvelles manifestations dans l'ex-colonie britannique.

Publicité

C'était une réaction attendue après plusieurs semaines de manifestations à Hong Kong. Le gouvernement central chinois a appelé, lundi 29 juillet, l'exécutif de l'ex-colonie britannique à sanctionner les auteurs de violences et à "rétablir l'ordre au plus vite", au lendemain de nouvelles protestations.

Lors d'une conférence de presse à Pékin, un responsable du Bureau des affaires de Hong Kong et de Macao, l'organe chinois chargé des relations avec les métropoles du sud du pays, a estimé que les manifestations des derniers mois avaient "gravement compromis" la prospérité et la stabilité de la ville.

"Nous pensons que pour l'heure, la tâche prioritaire de Hong Kong est de sanctionner les actions violentes et illégales en conformité avec la loi, de rétablir l'ordre au plus vite et de maintenir un environnement propice pour les affaires", a déclaré la porte-parole de ce Bureau, Xu Luying.

Dimanche soir, des manifestants pro-démocratie ont pour la deuxième journée consécutive affronté la police à Hong Kong, ce qui a donné lieu aux scènes les plus violentes observées à ce jour sur le territoire. Les échauffourées se sont produites dimanche près du Bureau de liaison chinois, qui représente l'autorité de Pékin dans la région semi-autonome.

Dans un communiqué, la police a annoncé lundi matin que 49 "manifestants radicaux" avaient été arrêtés pour diverses infractions la veille et affirmé que les protestataires étaient "de plus en plus violents".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.