Accéder au contenu principal

Le corps retrouvé dans la Loire est celui de Steve Maia Caniço, disparu à Nantes

Le 20 juillet, à Nantes, des centaines de manifestants dénonçaient la disparition de Steve.
Le 20 juillet, à Nantes, des centaines de manifestants dénonçaient la disparition de Steve. Sebastien Salom-Gomis / AFP

Plus d'un mois après sa disparition à Nantes, le corps retrouvé lundi dans la Loire est bien celui de de Steve Maia Caniço, a annoncé mardi le procureur de la République. Une information judiciaire pour "homicide involontaire" a été ouverte.

Publicité

Le corps retrouvé lundi à Nantes dans la Loire est bien celui de Steve Maia Caniço, jeune homme de 24 ans disparu après une opération de police controversée le soir de la Fête de la musique, a annoncé mardi 30 juillet le procureur de la République de la ville, Pierre Sennès.

Une autopsie effectuée dans la matinée à l'institut médico-légal de Nantes a permis d'établir formellement l'identité du jeune homme, dont le corps était "dans un état de décomposition extrême", après 38 jours passés dans l'eau, indique une source proche du dossier.

Une information judiciaire "contre X" pour "homicide involontaire" a été ouverte, avait annoncé en fin de matinée à l'AFP Pierre Sennès.

Intervention controversée des forces de l'ordre

La disparition de Steve Maia Caniço, 24 ans, avait coïncidé avec une intervention controversée des forces de l'ordre dans la nuit du 21 au 22 juin. Des échauffourées avaient éclaté vers 4 h 30 entre des participants à un concert techno et des policiers venus exiger l'arrêt de la musique sur le quai Wilson, un endroit sans parapet de l'île de Nantes, sur la Loire.

La Fête de la musique s'était achevée dans la confusion. De nombreux participants ont relaté avoir été aveuglés par un nuage de gaz lacrymogène, certains ont chuté dans le fleuve. Quatorze personnes ont ainsi été repêchées par les secours durant la nuit. La police affirme, elle, qu'il n'y a eu "aucune charge" des forces de l'ordre, visées selon elle par des projectiles.

Steve Maia Caniço, animateur périscolaire, n'avait plus donné signe de vie depuis cette nuit-là.

"Pas de lien"

Dans une déclaration dans la cour de Matignon aux côtés du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le Premier ministre Édouard Philippe a déclaré que le rapport de l'Inspection générale de la police (IGPN) n'établissait pas "de lien entre l'intervention des forces de police et la disparition de Steve Maia Caniço" à Nantes.

Diligenté le 24 juin, trois jours après la disparition de Steve Maia Caniço, le rapport questionnait l'opération des forces de l'ordre en bord de Loire.

Selon ce rapport, "des grenades étaient lancées, et des tirs de LBD réalisés sans qu'aucun élément ne permette d'établir un lien direct entre l'intervention des forces de l'ordre et la disparition de Steve Maia Caniço vers 4 h."

Il "met en évidence des difficultés liées à l'intervention, consécutive à des jets de projectiles en direction des policiers et menée dans un rapport de forces défavorable qui a conduit à l'emploi des moyens lacrymogènes", a souligné Édouard Philippe, évoquant le rapport de l'IGPN qui considère que "cet usage de la force, en riposte à des voies de fait perpétrées par une foule de personnes rassemblées sur un terrain public qui troublaient l'ordre public et devait dès lors être considérée comme constituant un attroupement, était justifié et n'est pas apparu disproportionné."

Toutefois, Édouard Philippe s'interroge : "Compte tenu de la proximité immédiate de la Loire et du risque de chute dans le fleuve, les mesures préventives étaient-elles adaptées et proportionnées ? Les autorités de police présentes sur les lieux au moment des événements et chargées de leur gestion disposaient-elles d'une conduite à tenir suffisamment claire face aux éventuels troubles à l'ordre public ?"

Nouvelle enquête diligentée

Affirmant ne pas pouvoir "se satisfaire" de ces zones d'ombre, le Premier ministre a ajouté avoir décidé de saisir, mardi, "l'inspection générale de l'administration pour aller plus loin et comprendre les conditions d'organisation de l'événement par les pouvoirs publics, mairie et préfecture, ainsi que les organisateurs privés".

Depuis cette disparition, de nombreuses pancartes demandant "Où est Steve ?" s'affichent dans les rues de Nantes et d'ailleurs. Le 20 juillet, des centaines de manifestants s'étaient rassemblés, un mois après cette disparition, formant une chaîne humaine le long de la Loire puis observant une minute de silence les bras levés. "Où est Steve ?" et "Justice pour Steve !", avait scandé la foule à plusieurs reprises.

Au total, cinq procédures sont en cours, dont la nouvelle enquête demandée par Édouard Philippe, et conduite par l'inspection générale de l'administration (IGA). Les conclusions de ce nouveau rapport seront attendues "sous un mois" et seront "mises à la disposition de l'autorité judiciaire".

Le Premier ministre, promettant la transparence, a également indiqué qu'il recevrait, avec Christophe Castaner, les parents de Steve Maia Caniço "prochainement" afin de leur témoigner leur "soutien".

La disparition de Steve Maia Caniço fait l'objet d'une information judiciaire et sa famille s'est constituée partie civile.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.