Accéder au contenu principal

Le Sénat américain ne parvient pas à bloquer des ventes d'armes à l'Arabie saoudite

Donald Trump et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Washingtion, en mars 2018.
Donald Trump et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Washingtion, en mars 2018. Mandel Ngan, AFP

Le Sénat américain a échoué, lundi, à rétablir l'interdiction de ventes d'armes à l'Arabie saoudite et ses alliés. La chambre haute n'a pas pu réunir le nombre de voix nécessaires pour empêcher ces transactions voulues par le président Donald Trump.

Publicité

C’est une victoire remportée par Donald Trump dans le bras de fer qui l’oppose au Congrès. Le Sénat américain n'a pas outrepassé lundi 29 juillet le veto du président aux résolutions votées la semaine dernière par le Congrès qui auraient interdit la vente de certains types d'armes à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

Les partisans de ces résolutions ne sont pas parvenus à réunir les deux tiers des voix du Sénat - à majorité républicaine - nécessaires pour annuler le veto présidentiel.

L'administration Trump a annoncé en mai dernier qu'elle prévoyait de livrer pour plus de 8 milliards de dollars d'armes à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis sans solliciter l'accord préalable du Congrès, Donald Trump invoquant une
situation d'urgence du fait des tensions avec l'Iran.

Dépit devant l'attitude de Donald Trump

Cette décision a provoqué le mécontentement de certains parlementaires qui affirment que la coalition militaire sous commandement saoudien a utilisé des missiles guidés de Raytheon dans le conflit au Yémen et que ceux-ci ont fait des
victimes parmi les civils.

La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, a adopté la semaine dernière trois résolutions votées auparavant par le Sénat qui prévoyaient notamment la suspension des ventes de ce type de missiles.

De nombreux élus du Congrès ont affiché leur dépit devant l'attitude de Donald Trump à l'égard de l'Arabie saoudite. Ils souhaitent voir le président américain se montrer plus ferme à l'égard de Riyad, reprochant au royaume wahhabite des violations des droits de l'Homme, son implication dans la crise humanitaire au Yémen et l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Le président américain prône le maintien de liens étroits avec Riyad pour son rôle face à l'influence de l'Iran au Moyen-Orient et pour l'achat d'équipement militaire américain que Trump juge important pour l'économie des États-Unis.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.