Accéder au contenu principal

Français ou anglais ? La polémique linguistique de retour en Algérie

Comme chaque mardi depuis le début de la contestation, les étudiants manifestent contre le gouvernement. À Alger, le 2 avril 2019.
Comme chaque mardi depuis le début de la contestation, les étudiants manifestent contre le gouvernement. À Alger, le 2 avril 2019. Ryad Kramdi, AFP

Le ministre de l’Enseignement supérieur algérien, Bouzid Tayeb, souhaite faire de l'anglais la première langue étrangère à l'université, au détriment du français. Pour de nombreux Algériens, la décision n’est pas que linguistique.

Publicité

"Le français ne mène nulle part", a déclaré, début juillet, Bouzid Tayeb. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique algérien a donc sommé les recteurs de rédiger les entêtes des documents administratifs en arabe et en anglais, dès le 21 juillet, en remplacement du français.

La langue de Shakespeare étant de rigueur pour les publications scientifiques, le commerce international et le tourisme, son enseignement devrait, selon Bouzid Tayeb, permettre d'offrir une visibilité aux travaux de recherches algériens et d’attirer les étudiants étrangers.

Le français, première langue étrangère

Dans cette ancienne colonie française, où les langues officielles sont l’arabe et le berbère, le français reste la première langue étrangère parlée par les Algériens. Elle est d'ailleurs enseignée dès la troisième année du primaire en deuxième langue et les cours de certaines filières universitaires, notamment scientifiques, sont totalement dispensés en français.

Le français y est un "butin de guerre", selon l’expression de l’écrivain francophone Kateb Yacine. Il est tout aussi ancré dans la littérature algérienne (Yasmina Khadra, Boualem Sansal, Assia Djebar, Kamel Daoud) que dans le quotidien des Algériens.

La décision du ministre raillée

L'annonce du ministre Bouzid Tayeb, présentée au terme d’un "sondage en ligne auprès de la communauté universitaire" effectué en moins de deux semaines, a suscité de nombreuses réactions.

Ses détracteurs s'interrogent sur la légitimité d’un gouvernement contesté par la rue, à engager le pays dans une nouvelle politique linguistique.

Ce débat "méritait mieux qu'une instruction ridicule et un sondage Facebook expédiés à la va-vite", regrette un avocat sous couvert d'anonymat. Et de souligner que le système éducatif algérien n'est pas prêt pour une transition "brouillonne". "Avons-nous une si petite opinion de nos enfants pour estimer qu'ils ne peuvent pas exceller en français et en anglais, dans le même temps, si les conditions adéquates leur sont garanties ?", s’interroge l'avocat.

Sur les réseaux sociaux, les internautes algériens tournent au ridicule la décision du ministre en plusieurs langues et mettent l’accent sur le manque de moyens alloués à l’enseignement supérieur.

À l'instar de Sihem Kouras, enseignante en sociolinguistique en français à l’université de Jijel, contactée par France 24, pour qui "le volume horaire consacré aux langues étrangères est jugé insuffisant".

De son côté, le célèbre site satirique algérien El Manchar ironise : "Les universités algériennes dans le top 10 grâce à l’introduction de l’anglais dans le papier à en-tête. [...] L’effet est immédiat. Les universités algériennes montent en flèche dans le classement [de Shanghai, NDLR]. La riposte de Harvard, Stanford et Cambridge sera-t-elle à la hauteur ?", poursuit le site d’actualité parodique.

"Un os jeté au peuple"

Pour les détracteurs du ministre, cette décision est en décalage avec la crise politique que l'Algérie traverse depuis plusieurs mois, qui a conduit des millions d’Algériens dans les rues. Plusieurs d’entre eux estiment que remettre la guerre des langues au goût du jour est une stratégie politique qui vise à diviser les manifestants.

Le débat sur les langues est connu et n’a rien d’inédit, rappelle l’universitaire Sihem Kouras. Dans le contexte actuel, il s’agit d’un "os jeté au peuple pour l’occuper et éventuellement le diviser", estime-t-elle.

Les Algériens s’interrogent sur la stratégie de l’exécutif. "Les réformes nous tombent souvent dessus", fustige la linguiste Sihem Kouras, qui aurait préféré qu’étudiants et enseignants soient consultés et des classes pilotes créées avant d’imposer un choix politique.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique algérien n'a pas donné suite à nos demandes d'interview.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.