Accéder au contenu principal

Ebola en RDC: sept cas suspects transférés du Sud-Kivu à Goma

3 mn
Publicité

Bukavu (RD Congo) (AFP)

Sept proches de l'orpailleur décédé mercredi d'Ebola à Goma qui s'étaient rendus dans la province voisine du Sud-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC), ont été ramenés dans cette ville et placés "sous surveillance", selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

A Birava, dans la province du Sud-Kivu (est), une femme proche d'un orpailleur et ses six enfants venus de Goma, avaient été mis en quarantaine avec d'autres personnes de leur famille. Tous ont ensuite été vaccinés contre Ebola.

Tous "ont été vaccinés et ramenés à Goma. Nous les avons logés dans un hôtel hier soir (jeudi) et aujourd'hui (vendredi) nous les avons installés dans un appartement pour les garder sous surveillance", a dit le Dr Boubacar Diallo, coordonnateur en charge de la surveillance d'Ebola pour l'OMS, interrogé vendredi par l'AFP. "Jusqu'à présent aucun ne présente de symptôme", a-t-il ajouté.

Ils ont "été transférées à Goma pour une bonne prise en charge contre Ebola par l'OMS ", a déclaré ule Dr Ciza Nuru, médecin directeur de l'hôpital de Birava.

Au total, 40 personnes ont été vaccinées à Birava, localité située à 30 km au nord de Bukavu, chef lieu de la province du Sud-Kivu, selon le Dr Cizu, qui estime que "le danger n'est pas écarté" à Birava.

A Goma, où l'orpailleur est décédé d'Ebola, l'une de ses filles et sa femme contaminées par le virus ont été internées au centre de traitement d'Ebola de l'hôpital de cette ville deux millions d'habitants, selon les autorités congolaises.

"Trois équipes de vaccination sont à l??uvre sur le terrain", selon le Dr Boubacar Diallo.

"Nous avons déjà identifiés 282 cas" en contact avec "trois personnes contaminées dans cette même famille (de l'orpailleur décédé). Presque tous les contacts à haut risque ont été identifiés", a-t-il expliqué.

La RDC lutte contre Ebola depuis une année et l'épidémie a déjà fait 1.823 morts, d'après les derniers chiffres publiés vendredi par le ministère de la santé. L?OMS l'a élevée au rang d'urgence sanitaire mondiale.

L'épidémie de fièvre hémorragique, qui se transmet par contacts humains directs et étroits et dont le taux de létalité est très élevé, a longtemps été cantonnée aux régions rurales du Nord-Kivu (essentiellement Beni et Butembo) et en Ituri voisine.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.