Accéder au contenu principal

Au moins 20 morts au Caire après l'explosion d'un véhicule chargé d'explosifs

La voiture a explosé devant l'Institut national du cancer au Caire dimanche 3 août.
La voiture a explosé devant l'Institut national du cancer au Caire dimanche 3 août. Khaled Desouki, AFP

Une voiture contenant des explosifs a détoné dans la nuit de dimanche à lundi au Caire, en Égypte, suite à un accident de circulation, selon les autorités. Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a parlé d'un acte "terroriste".

Publicité

L'explosion d'une voiture transportant des explosifs a fait 20 morts et une cinquantaine de blessés, dimanche 4 août, devant un hôpital du Caire, ont annoncé les autorités égyptiennes.

Ces dernières ont dans un premier temps expliqué que cette explosion était la conséquence d'un accident de la circulation devant l'Institut national du cancer, sur la Corniche.

Mais le ministère de l'Intérieur a précisé dans la journée que la voiture accidentée transportait des explosifs et qu'elle devait servir à une "opération terroriste" préparée par le groupe armé Hasm.

"C’est un mouvement très actif depuis déjà quelques années en Égypte, rappelle Claire Williot, correspondante de France 24 au Caire. Il cible notamment les forces de sécurité mais également des personnalités religieuses ou encore des personnalités qui travaillent dans le domaine de la justice. Son idéologie est assez proche de celle du mouvement État islamique."

"C’est un mouvement très actif depuis déjà quelques années en Égypte"

"Les premières investigations techniques ont montré que cette voiture transportait des explosifs, et que la collision a provoqué leur détonation", indique le ministère de l'Intérieur égyptien dans un communiqué. "On estime que la voiture était en train d'être déplacée vers un lieu pour servir à l'exécution d'une opération terroriste."

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a également affirmé que la collision était un acte "terroriste". Il a présenté sur les réseaux sociaux ses condoléances "au peuple égyptien et aux familles des martyrs tués dans le lâche incident d'origine terroriste".

En mai dernier, douze membres présumés de ce groupe apparu en 2016 ont été tués par les forces de sécurité égyptiennes au lendemain d'une attaque à l'engin explosif artisanal contre un car de touristes qui a fait douze blessés dans le secteur des pyramides de Gizeh.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.