Accéder au contenu principal

Plus de dix morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul

Des policiers afghans près du site où a eu lieu l'explosion à Kaboul, le 7 août 2019.
Des policiers afghans près du site où a eu lieu l'explosion à Kaboul, le 7 août 2019. Omar Sobhani, Reuters

Les Taliban ont revendiqué un attentat à la voiture piégée, mercredi, devant un commissariat de police de Kaboul. Au moins 14 personnes ont été tuées et 145 blessées, selon un premier bilan du ministère afghan de l'Intérieur.

Publicité

Une énorme explosion a retenti dans l'ouest de Kaboul, mercredi 7 août, faisant apparaître un champignon de fumée dans le ciel et craindre d'importantes pertes civiles, selon des témoins et une source sécuritaire.

Les autorités ont précisé qu'une voiture piégée avait explosé en pleine heure de pointe devant un commissariat de police de la capitale afghane, faisant au moins 14 morts et 145 blessés, "dont une majorité de femmes et d'enfants", a indiqué le porte-parole du ministère de la Santé, Wahidullah Mayar.

Le porte-parole des Taliban, Zabihullah Mujahid, a revendiqué l'attentat sur les réseaux sociaux, ajoutant qu'il avait été commis par un kamikaze.

La déflagration s'est produite vers 9 h (4 h 30 GMT) lorsque le véhicule s'est approché d'un point de contrôle situé près du bâtiment, a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

D'après une vidéo visible sur les réseaux sociaux et des témoins, des tirs d'armes de petit calibre ont été entendus après la déflagration.

Empêcher la tenue de l'élection

"J'ai entendu un gros boum et toutes les fenêtres de mon magasin ont été cassées", a déclaré Ahmad Saleh, un commerçant. Et d'ajouter : "Les vitrines d'une vingtaine de magasins, certains à un kilomètre du lieu de l'explosion, ont été soufflées".

La veille de l'attaque, les Taliban avaient promis de tout faire pour empêcher le tenue de l'élection présidentielle prévue le 28 septembre en Afghanistan.

Pourparlers entre États-unis et représentants talibans

Les violences ont considérablement augmenté dans le pays en juillet, le mois le plus sanglant depuis mai 2017. Plus de 1 500 personnes ont été tuées et blessées en Afghanistan, selon l'ONU.

Mardi en fin de journée dans la capitale, au moins cinq personnes ont été tuées et sept blessées dans un attentat visant un véhicule des services gouvernementaux de lutte contre les stupéfiants. Dans la nuit de mardi à mercredi, les forces spéciales afghanes ont pris d'assaut plusieurs repaires de membres de la branche afghane de l'organisation État islamique (OEI). Les détails de cette opération n'ont pas été révélés.

Ces violences continuent malgré les pourparlers entre les États-Unis et les représentants talibans à Doha, au Qatar. La veille, les deux parties s'étaient pourtant félicitées des "excellents progrès" réalisés et espéraient signer un accord de paix bilatéral.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.