Accéder au contenu principal

Ligue des champions africaine : la finale ne sera pas rejouée, l'ES Tunis vainqueur

Le 31 mai 2019, les joueurs de l’ES Tunis avait été déclarés vainqueurs de la Ligue des champions africaine au terme d’un match rocambolesque.
Le 31 mai 2019, les joueurs de l’ES Tunis avait été déclarés vainqueurs de la Ligue des champions africaine au terme d’un match rocambolesque. Fethi Belaid, AFP

La CAF a rendu son verdict : la finale retour interrompue de la Ligue des champions africaine entre le Wydad Casablanca et l'Espérance de Tunis ne sera pas rejouée, a annoncé l'organisation mercredi. Le club tunisien est donc déclaré vainqueur.

Publicité

On connaît enfin le nom du vainqueur de la Ligue des champions africaine ! Après un match au scénario rocambolesque et des péripéties judiciaires, la Confédération africaine de football (CAF) a déclaré vainqueur l'Espérance de Tunis mercredi 7 août. La finale interrompue face au Wydad Casablanca ne sera donc pas rejouée comme annoncée initialement.

La CAF a déclaré "perdant de la finale retour par forfait" le club marocain du Wydad Casablanca, donnant implicitement le titre de la Ligue des champions d'Afrique à l'Espérance de Tunis

Le 31 mai, lors du match retour de la finale, les joueurs du Wydad Casablanca étaient rentrés au vestiaire pour protester contre une panne de l'assistance à l'arbitrage vidéo (VAR), persuadés que celle-ci aurait pu valider un but refusé par l'arbitre.

Après 1 h 30 d'interruption, marquée par quelques échauffourées et de longues discussions entre dirigeants, les Tunisiens ont été déclarés vainqueurs. Mais leur joie a été de courte durée puisque cinq jours plus tard, la Confédération africaine a décidé de faire rejouer le match, sur terrain neutre. La décision a fait l'unanimité contre elle et les deux clubs ont saisi le Tribunal arbitral du sport, plus haute juridiction sportive, par des appels distincts et une motivation commune : faire annuler la décision et être déclaré vainqueur.

L'instance judiciare basée à Lausanne avait finalement cassé la décision initiale du comité exécutif de la CAF concluant que le comité exécutif de la CAF, convoqué d'urgence début juin à Paris, n'était pas "compétent" pour décider de faire rejouer le match. Elle lui laissait le choix : décider d'un perdant sur tapis vert ou saisir son instance compétente à rejouer le match. L'instance africaine a tranché.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.