Accéder au contenu principal

En Algérie, des centaines d'étudiants manifestent dans la capitale

Des Algériens manifestent contre le pouvoir en place à Alger, le 6 août 2019.
Des Algériens manifestent contre le pouvoir en place à Alger, le 6 août 2019. AFP

Quelque 500 étudiants algériens ont manifesté dans la capitale mardi pour marquer leur refus de négocier avec ce qu'ils appellent le "gang", l'instance de dialogue désignée par le pouvoir en vue de mettre fin à la crise politique.

Publicité

Après 24 semaines de contestation, ils n'étaient plus que 500 étudiants à manifester dans les rues d'Alger, mardi 6 août. Les protestataires rejettent le dialogue prôné par le pouvoir pour mettre fin à la crise politique née de la contestation inédite que connaît l'Algérie depuis février.

Les étudiants se sont rassemblés sur la Place des martyrs, dans le centre d'Alger, avant de défiler jusqu'à la Grande poste, épicentre de la contestation depuis le 22 février, qui a abouti à la démission de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril.

Les manifestants, qui ont déployé une grande banderole sur laquelle était écrit "pas de dialogue avec le gang", ont défilé au milieu d'un fort déploiement policier. Aucun incident n'a été enregistré.

"Honte à vous"

Les manifestants ont scandé "honte à vous, on nous demande de dialoguer avec un gang", en référence à l'instance de dialogue désignée par le pouvoir pour mener des consultations sur les modalités d'une présidentielle rejetée par la contestation.

"Nos demandes ne peuvent pas être soumises à débat car elles sont claires, à commencer par le départ (du président par intérim Abdelkader) Bensalah. De plus, aucun d'entre nous n'a choisi ces personnes qui parlent en notre nom", a déclaré à l'AFP, Chakib, étudiant à l'université d'Alger.

"Le peuple qui descend dans la rue chaque mardi et chaque vendredi n'est pas bête pour accepter d'être représenté par ces personnes", a estimé de son côté, Abderrahmane, étudiant en langues étrangères.

Appel à la "désobéissance civile"

Les étudiants ont également repris l'appel à la "désobéissance civile", scandé pour la première fois vendredi dernier lors de la manifestation hebdomadaire à Alger, après le refus par l'armée de "mesures d'apaisement", comme la libération des personnes arrêtées en lien avec la contestation.

Fortement contestée dès sa mise sur pied fin juillet, l'instance de dialogue a encore accru jeudi dernier la défiance à son égard en renonçant aux "mesures d'apaisement" qu'elle avait elle-même exigées avant "tout dialogue".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.