Accéder au contenu principal

Le Pakistan réduit ses liens diplomatiques avec l'Inde et suspend les échanges commerciaux

Des manifestants du Cachemire au Pakistan, le 7 août 2019.
Des manifestants du Cachemire au Pakistan, le 7 août 2019. Aamir Qureshi, AFP

Après le passage en force du Premier ministre indien sur la révocation de l'autonomie du Cachemire, le Pakistan a annoncé, mercredi, la réduction de ses échanges diplomatiques avec New Delhi et la suspension du commerce bilatéral avec l'Inde.

Publicité

Les autorités pakistanaises sont passées à l'offensive. Le pays a réduit, mercredi 7 août, ses relations diplomatiques avec l'Inde et suspendu le commerce bilatéral, deux jours après la révocation par New Delhi de l'autonomie constitutionnelle de la partie du Cachemire qu'elle contrôle et que le Pakistan revendique.

"Nous allons rappeler notre ambassadeur à Delhi et renvoyer le leur", a affirmé le ministre des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi à la télévision pakistanaise ARY news.

Le gouvernement a également ajouté dans un communiqué qu'il suspendait le commerce bilatéral avec l'Inde.

Ces décisions ont été annoncées après une nouvelle réunion du comité de sécurité nationale, à laquelle ont participé les principaux ministres et généraux pakistanais.

Depuis plusieurs jours, le Cachemire indien est sous haute tension. Les autorités indiennes ont imposé un black-out total sur la région pour éviter un embrasement.

On note cependant des rassemblements sporadiques. Un manifestant est mort après avoir été pourchassé par la police alors que plus de 100 personnes, dont des responsables politiques locaux, ont été arrêtées, a rapporté l'agence Press Trust of India en citant des officiels.

L'analyse de notre correspondante Sonia Ghezali à Islamabad

Appel aux instances internationales

Les autorités indiennes assurent que la situation est calme. Mais selon un responsable sécuritaire, presque tous les responsables politiques de partis cachemiris, aussi bien séparatistes que pro-Inde, sont en détention.

Le Pakistan envisage de porter la question du Cachemire devant les instances internationales, a annoncé, mardi, son Premier ministre Imran Khan, se disant prêt à aller devant le Conseil de sécurité de l'ONU et la Cour pénale internationale.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.