Accéder au contenu principal

Israël mobilise l'armée après la découverte du corps d'un soldat poignardé en Cisjordanie

Des soldats israéliens lors d'une opération de recherches dans le village de Beit Fajjar, en Cisjordanie, le 8 août 2019.
Des soldats israéliens lors d'une opération de recherches dans le village de Beit Fajjar, en Cisjordanie, le 8 août 2019. Hazem Bader, AFP

Israël a déployé jeudi un important dispositif sécuritaire en Cisjordanie après la découverte du cadavre d'un jeune soldat israélien poignardé. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié l'attaque de "terroriste".

Publicité

La réponse israélienne n'a pas tardé après la découverte jeudi 8 août du cadavre d'un jeune soldat sans uniforme poignardé à de multiples reprises, une attaque que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifiée de "terroriste". Les forces de sécurité israéliennes ont commencé à quadriller un secteur sensible de la Cisjordanie occupée.

Le corps de Dvir Sorek, 19 ans selon l'armée, a été retrouvé près de la colonie juive de Migdal Oz dans le secteur de Gush Etzion, entre les villes de Bethléem et Hébron, théâtre récurrent de heurts entre des Palestiniens et la police israélienne. Le jeune soldat étudiait dans une yeshiva, un centre d'étude de la Torah, dans le cadre d'un programme spécial combinant étude religieuse et service militaire, a précisé à la radio nationale israélienne le directeur de son école.

Peu après l'annonce de sa mort, l'armée, la police et des membres du Shin Bet, les services de renseignement intérieur, quadrillaient le secteur. Et des renforts ont été envoyés en Cisjordanie, a assuré l'armée plus tard dans la matinée. À Migdal Oz, une unité de police tenait les reporters à un peu moins d'une centaine de mètres de distance de la scène jeudi matin.

Un journaliste de l'AFP a toutefois pu voir le déploiement des forces de sécurité et des secouristes. Des dizaines de soldats et de policiers ont aussi pénétré dans la ville palestinienne voisine de Beit Fajjar, allant de maison en maison pour mettre la main sur des caméras de sécurité, selon un journaliste de l'AFP sur place. Ces enregistrements vidéo pourraient permettre d'identifier les mouvements de suspects potentiels.

Les précisions de notre correspondant à Jérusalem, Antoine Mariotti

"Réponse légitime" selon le Jihad islamique

L'armée israélienne n'a pas épilogué pour l'instant sur les circonstances de cette mort, mais a évoqué une "attaque terroriste" à l'instar du Premier ministre Benjamin Netanyahu, actuellement en campagne pour des législatives du 17 septembre qui s'annoncent âprement disputées. "Aujourd'hui, un de nos meilleurs enfants est encore tombé (...). Ces terroristes tordus viennent détruire alors que nous sommes là pour construire", a déclaré Benjamin Netanyahu lors d'un déplacement dans la colonie juive de Beit El, pour assister à l'inauguration de 650 nouveaux logements.

Dans un communiqué, le groupe islamiste armé palestinien du Jihad islamique a salué – sans le revendiquer – le meurtre du jeune soldat israélien, considéré selon lui comme une réponse "légitime" à la colonisation de la Cisjordanie.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.