Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Jeffrey Epstein, démons d'Amérique et d'ailleurs"

France 24

A la Une de la presse, ce lundi 12 août, les images choc de la confrontation violente, ce week-end, entre forces de l’ordre et manifestants pro-démocratie à Hong-Kong. Et la répression, samedi, des militants qui réclament des élections libres à Moscou, en Russie. Les questions posées par la mort en prison du financier américain Jeffrey Epstein, à New York. Et une ex-enseignante britannique reconvertie dans le graffiti, à 71 ans.

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

A la Une de la presse, ce matin, ces images choc venues de Hong Kong, où de nouveaux heurts ont opposé les forces de l’ordre aux manifestants pro-démocratie.

Cette nuit, la police de Hong Kong a procédé à des arrestations "en masse" dans le quartier de Causeway Bay, non loin du quartier abritant le siège du gouvernement - des interpellations extrêmement violentes pour certaines d’entre elles, comme en témoigne l’une de ces photos montrant un manifestant plaqué à terre, le visage en sang, à la Une du site Hong Kong Free Press, qui affirme que certains policiers ont infiltré les rassemblements, se faisant passer pour des manifestants.

Répression, également, en Russie, où les partisans pro-démocratie ont défilé samedi à Moscou, sur l’avenue Sakharov, pour demander la tenue d’élections libres dans la capitale, la plus grande manifestation d’opposition depuis la mobilisation de l’hiver 2011/2012, d’après le journal Vedomosti.

En Italie, le chef de la Ligue d’extrême-droite, Matteo Salvini, demande des élections anticipées, après avoir mis fin, jeudi, à son alliance avec le Mouvement 5 Etoiles, d’extrême-gauche. Pour "sauver" le pays d’une dérive "extrémiste" et préparer des élections dans les meilleures conditions, l’ex-chef du gouvernement Matteo Renzi a proposé hier à tous les partis de s’unir pour former un gouvernement "institutionnel". Une proposition qui divise toutefois son propre camp, ses propres amis du centre-gauche, dont une partie ne veut pas entendre parler d’un quelconque rassemblement avec le Mouvement 5 Etoiles. Ces divisions exaspèrent, en tout cas, Il Fatto Quotidiano, qui juge nécessaire de rappeler au parti démocrate que "le danger numéro 1, c’est Salvini". "Le risque Salvini" préoccupe aussi le quotidien français La Croix, qui alerte, pour sa part, les Européens sur les causes "profondes et structurelles" du "marasme" italien : "Un État trop faible pour garantir la cohésion sociale et politique. Des services publics souvent en déshé­rence et une solidarité incorrectement assurée entre le Nord, bien inséré dans le commerce international, et le Sud, marginalisé". Des difficultés face auxquelles l’UE ne saurait rester indifférente, selon La Croix.

La presse française annonce par ailleurs l’arrestation, en fin de semaine dernière, d’un activiste italien dans le Morbihan, en Bretagne, où il vivait depuis huit ans. Le Monde rapporte que Vincenzo Vecchi était recherché pour des violences présumées commises lors du G8 de Gênes en 2001, qui avait donné lieu, là encore, à de violents heurts entre forces de l’ordre et militants altermondialistes, dont l’un avait trouvé la mort. Ces violences ont valu à Vincenzo Vecchi une condamnation à treize ans de prison en Italie. D’après Le Monde, un collectif de soutien s’est constitué dans son village breton d’adoption, pour s’opposer à son extradition.

Toujours dans cette rubrique "luttes", la presse locale française revient également ce matin sur le démontage du restaurant McDonald’s de Millau, le 12 août 1999 - il y a vingt ans. Le début d’une "prise de conscience planétaire pour toute une génération", se souvient dans Sud-Ouest l’altermondialiste et agriculteur français José Bové, dont le passage en prison, à l’époque, contribua beaucoup à sa popularité.

Son passage en prison à lui, a tourné court. Le financier américain Jeffrey Epstein, accusé d’exploitation sexuelle de dizaines de mineures, a été retrouvé mort, samedi, dans sa cellule, à New York. Ce scandale et ce décès plongent dans l’incrédulité les Etats-Unis, et pas seulement. "L’Amérique face à son démon", titre le journal français Libération, qui se demande, "à qui profite la mort de Jeffrey Epstein", en rappelant que l’affaire fait grand bruit outre-Atlantique, "alimentant spéculations et théories du complot". "Retrouvé pendu dans sa prison le financier américain était devenu un bâton de dynamite pour de nombreux puissants à travers la planète", souligne le journal, qui évoque "un mode opératoire bien rodé", auquel aurait notamment beaucoup contribué une femme, Ghislaine Maxwell. Présentée comme la principale rabatteuse de Jeffrey Esptein par ses victimes présumées, cette Britannique se retrouve désormais seule face aux innombrables questions posées par cette affaire, d’après The Times – qui rappelle les accusations de détournement de mineures portées contre le fils de la reine ElisabethII, le prince Andrew.

Enfin, un peu de légèreté avec le Huffington Post qui rapporte qu’une ancienne enseignante britannique de 71 ans, Hazel Jones, s’est récemment confessée au Times, et a reconnu avoir réalisé plus d’une centaine de graffitis depuis 2016 et le référendum sur le Brexit. Hazel Jones confesse avoir peur de se faire arrêter par la police, bien qu'elle ne se considère pas comme une délinquante, puisqu’elle tague toujours avec une craie blanche... dont les marques disparaissent avec la pluie.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.