Accéder au contenu principal

Mort d'Emiliano Sala : présence de monoxyde de carbone dans l'avion

Un programme d'un match de Cardiff en février 2019 rendant hommage à Emiliano Sala
Un programme d'un match de Cardiff en février 2019 rendant hommage à Emiliano Sala Rebecca Naden, Reuters

Les prélèvement sanguins effectués sur le joueur de football argentin Emiliano Sala, décédé dans un accident d'avion en janvier au-dessus de la Manche ont révélé des niveaux élevés de monoxyde de carbone.

PUBLICITÉ

Le footballeur argentin Emiliano Sala et son pilote, tous deux décédés en janvier dans le crash de leur avion, ont probablement été exposés à des niveaux "potentiellement mortels" de monoxyde de carbone.

"Des tests toxicologiques ont révélé que le passager présentait un niveau de saturation élevé en COHb [la carboxyhémoglobine, qui associe le monoxyde de carbone et l'hémoglobine et qui inhibe la délivrance d'oxygène dans le corps]", a déclaré mercredi 14 août le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) dans un bulletin spécial.

Potentiellement fatal

Selon les tests, Sala présentait un taux de saturation en carboxyhémoglobine (COHb) de 58 %. "Un niveau de COHb de 50 % ou plus chez un individu par ailleurs en bonne santé est généralement considéré comme potentiellement fatal", précise l'AAIB. "Il est considéré comme probable que le pilote aurait également été exposé au monoxyde de carbone", ajoute le communiqué.

>> À lire aussi : " 'Emi, on t'aime', le vibrant hommage du FC Nantes à l'Argentin Emiliano Sala"

D'après l'AAIB, l'intoxication au monoxyde de carbone constitue un risque particulier pour le type d'avion dans lequel les deux hommes voyageaient. "Les avions à moteurs à piston produisent de fortes concentrations de monoxyde de carbone qui sont acheminées hors de l'appareil par le système d'échappement", ont déclaré les enquêteurs. "Une mauvaise étanchéité de la cabine ou des fuites dans les systèmes de chauffage et de ventilation par les gaz d'échappement peuvent permettre à du monoxyde de carbone d'entrer dans la cabine" et dans le poste de pilotage.

L'exposition aux gaz peut endommager le cerveau et le système nerveux. Une inconscience et des crises cardiaques sont possibles avec des taux de COHb supérieurs à 50 %. "Il est clair d'après les symptômes que l'exposition au monoxyde carbone (CO) peut réduire ou inhiber la capacité d'un pilote à piloter un avion en fonction du niveau d'exposition", explique l'AAIB.

La famille de Sala estime qu'un examen minutieux de l'épave de l'avion est nécessaire pour déterminer comment le gaz a pu s'infiltrer dans la cabine.

"Les niveaux dangereusement élevés de monoxyde de carbone détectés dans le corps d'Emiliano soulèvent de nombreuses questions pour la famille. Les causes de la mort seront déterminées lors de l'enquête le moment venu", déclare-t-elle dans un communiqué.

Emiliano Sala a disparu au-dessus de la Manche le 21 janvier alors qu'il se trouvait à bord d'un monomoteur Piper Malibu qui l'emmenait de Nantes, club qu'il venait de quitter, à son nouveau club, Cardiff City au pays de Galles. Son corps a été retrouvé en même temps que l'épave de l'avion, deux semaines plus tard, à 67 mètres de profondeur, près de la commune de Surtainville, dans la Manche. Le corps du pilote n'a quant à lui pas été retrouvé.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.