Accéder au contenu principal

Déforestation : la Norvège bloque 30 millions d'euros destinés au Brésil

Une mine d'or illégale, située sur une zone de forêt amazonienne déboisée, près de la ville de Castelo dos Sonhos (État du Para), le 22 juin 2013.
Une mine d'or illégale, située sur une zone de forêt amazonienne déboisée, près de la ville de Castelo dos Sonhos (État du Para), le 22 juin 2013. Nacho Doce, Reuters

La Norvège a reproché, jeudi, au Brésil d'avoir "rompu l'accord" passé avec les donateurs du Fonds de préservation de la forêt amazonienne, auquel Oslo a versé 8,3 milliards de couronnes (828 millions d'euros) depuis sa création en 2008.

Publicité

La Norvège, principal bailleur de fonds pour la protection de la forêt amazonienne, a annoncé, jeudi 15 août, le blocage de 30 millions d'euros de subventions destinés au Brésil. En effet, le pays est aujourd’hui accusé par la puissance scandinave de ne "plus souhaiter arrêter la déforestation" après avoir "rompu l'accord" passé avec les donateurs du Fonds de préservation de la forêt amazonienne, auquel Oslo a versé 8,3 milliards de couronnes (828 millions d'euros) depuis sa création en 2008.  

"Le Brésil a rompu l'accord avec la Norvège et l'Allemagne depuis qu'il a suspendu le conseil d'administration et le comité technique du Fonds pour l'Amazonie", a déclaré le ministre de l'Environnement et du Climat, Ola Elvestuen, au journal norvégien Dagens Naeringsliv (DN).

"Il ne peut pas faire cela sans que la Norvège et l'Allemagne soient d'accord", a-t-il souligné.

Intensification de la déforestation

À São Paulo, le ministre de l'Environnement, Ricardo Salles, a déclaré, jeudi, que le Fonds était "suspendu".

"Les règles régissant le Fonds amazonien sont en discussion, nous attendons de voir" le résultat de ces discussions, a-t-il dit au cours d'une rencontre avec ses homologues des Brics (les "puissances émergentes" qui rassemblent, outre le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud), sans fournir de précisions.

Calculés par un comité technique, les versements annuels norvégiens varient en fonction des résultats obtenus dans la lutte contre la déforestation.

Selon des calculs (encore provisoires) reposant sur les volumes de déforestation en 2018, la Norvège aurait dû verser cette année à Brasilia quelque 300 millions de couronnes (30 millions d'euros), ce qu'elle refuse désormais de faire.

"Ce dont le Brésil a fait montre, c'est qu'il ne souhaite plus arrêter la déforestation", a affirmé Ola Elvestuen.

L’Allemagne bloque aussi ses subventions

Alerté par les chiffres illustrant une intensification de la déforestation depuis l'arrivée au pouvoir du président d'extrême droite Jair Bolsonaro, le gouvernement allemand a lui aussi annoncé, samedi, suspendre une partie de ses subventions.

Berlin a décidé de bloquer 35 millions d'euros jusqu'à ce que les chiffres de la déforestation redeviennent encourageants, tout en continuant toutefois de contribuer au Fonds de préservation de la forêt amazonienne.

Face à cette décision, le président brésilien, Jair Bolsonaro, avait réagi en affirmant que son pays n'avait "pas besoin" des subventions allemandes.

Les derniers chiffres officiels de l'Institut national de recherche spatiale brésilien (INPE) montrent que la déforestation en juillet a été quasiment quatre fois supérieure à ce qu'elle avait été au même mois de 2018.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.