Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

États-Unis : treize arrestations lors d'un face-à-face entre militants d'extrême droite et antifascistes

Des heurts ont éclaté entre manifestants d'extrême droite et contre-manifestants antifascistes lors d'un rassemblement à Portland dans l'Oregon, le 17 août 2019.
Des heurts ont éclaté entre manifestants d'extrême droite et contre-manifestants antifascistes lors d'un rassemblement à Portland dans l'Oregon, le 17 août 2019. France 24
2 mn

À Portland, treize personnes ont été arrêtées samedi lors d'un rassemblement d'extrême-droite et d'une contre-manifestation antifasciste. Des affrontements avaient déjà eu lieu à plusieurs reprises dans la ville de l'Oregon ces derniers mois.

Publicité

Rassemblements tendus à Portland dans l'Oregon. Treize personnes ont été arrêtées samedi 17 août à la suite d'un face-à-face entre militants d'extrême droite et contre-manifestants antifascistes.

Des centaines de militants d'extrême droite de l'organisation Proud Boys étaient réunis lorsqu'ils ont été rejoints par un nombre similaire de contre-manifestants antifascistes près d'un parc sur le front de mer. Des heurts ont éclaté entre les deux camps, ainsi qu'entre des policiers et des manifestants antifascistes à la fin du rassemblement.

Quatre personnes ont été évacuées pour des blessures légères, a indiqué la police, qui a saisi des armes appartenant à plusieurs groupes, notamment des répulsifs anti-ours, des boucliers et des barres de fer. Des affrontements entre manifestants d'extrême droite et antifascistes ont déjà eu lieu à plusieurs reprises à Portland ces derniers mois.

Donald Trump s'adresse au maire de Portland

Quelques heures avant les rassemblements samedi, Donald Trump a déclaré qu'une "attention toute particulière" était portée à la classification de la mouvance antifasciste comme organisation terroriste. "Portland est surveillé de très près. J'espère que le maire sera capable de bien faire son travail !", a-t-il écrit sur Twitter.

Le maire de Portland, Ted Wheeler, a répondu qu'il ne se préoccupait pas des tweets en provenance de Washington. "Et franchement, ce n'est pas utile (...). C'est une situation potentiellement dangereuse et volatile", avait-il déclaré à CNN.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.