Accéder au contenu principal

États-Unis : treize arrestations lors d'un face-à-face entre militants d'extrême droite et antifascistes

Des heurts ont éclaté entre manifestants d'extrême droite et contre-manifestants antifascistes lors d'un rassemblement à Portland dans l'Oregon, le 17 août 2019.
Des heurts ont éclaté entre manifestants d'extrême droite et contre-manifestants antifascistes lors d'un rassemblement à Portland dans l'Oregon, le 17 août 2019. France 24

À Portland, treize personnes ont été arrêtées samedi lors d'un rassemblement d'extrême-droite et d'une contre-manifestation antifasciste. Des affrontements avaient déjà eu lieu à plusieurs reprises dans la ville de l'Oregon ces derniers mois.

Publicité

Rassemblements tendus à Portland dans l'Oregon. Treize personnes ont été arrêtées samedi 17 août à la suite d'un face-à-face entre militants d'extrême droite et contre-manifestants antifascistes.

Des centaines de militants d'extrême droite de l'organisation Proud Boys étaient réunis lorsqu'ils ont été rejoints par un nombre similaire de contre-manifestants antifascistes près d'un parc sur le front de mer. Des heurts ont éclaté entre les deux camps, ainsi qu'entre des policiers et des manifestants antifascistes à la fin du rassemblement.

Quatre personnes ont été évacuées pour des blessures légères, a indiqué la police, qui a saisi des armes appartenant à plusieurs groupes, notamment des répulsifs anti-ours, des boucliers et des barres de fer. Des affrontements entre manifestants d'extrême droite et antifascistes ont déjà eu lieu à plusieurs reprises à Portland ces derniers mois.

Donald Trump s'adresse au maire de Portland

Quelques heures avant les rassemblements samedi, Donald Trump a déclaré qu'une "attention toute particulière" était portée à la classification de la mouvance antifasciste comme organisation terroriste. "Portland est surveillé de très près. J'espère que le maire sera capable de bien faire son travail !", a-t-il écrit sur Twitter.

Le maire de Portland, Ted Wheeler, a répondu qu'il ne se préoccupait pas des tweets en provenance de Washington. "Et franchement, ce n'est pas utile (...). C'est une situation potentiellement dangereuse et volatile", avait-il déclaré à CNN.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.