Accéder au contenu principal

Les pêcheurs italiens désormais autorisés à rapporter les déchets pris dans leurs filets

Chaque année, 600 000 tonnes de plastiques sont rejetés en mer Méditerranée, faisant d'elle l'une des mers les plus polluées au monde.
Chaque année, 600 000 tonnes de plastiques sont rejetés en mer Méditerranée, faisant d'elle l'une des mers les plus polluées au monde. Capture d'écran France 24

Alors que cette action était encore illégale il y a quelques mois, les marins-pêcheurs italiens ont désormais l'autorisation de rapporter les déchets qu'ils remontent dans leurs filets afin qu'ils soient recyclés.

Publicité

Les pêcheurs italiens ont désormais le droit de rapporter les détritus qu'ils trouvent dans leurs filets sur la terre ferme. Jusqu'à présent, ils étaient obligés, dans la quasi-totalité des cas, de les remettre à l'eau – un fléau lorsque l'on sait que la majorité des déchets présents dans les mers et océans sont en plastique.

Dans l'Adriatique, à 5 kilomètres des côtes italiennes, Carlo Governatori, marin-pêcheur, trouve dans son filet, parmi les poissons et crabes, plusieurs déchets et bouteilles en plastique, pêchés à 15 mètres de profondeur.

Chaque jour, ce sont ainsi entre 10 et 20 kg de déchets plastiques que Carlo Governatori pêche.

L'Italie, troisième plus gros pollueur en Méditerranée

Il y a quelques semaines encore, rapporter ces déchets à terre était illégal. Les pêcheurs pouvaient alors être accusés de transport illicite. "On était hors la loi, on pouvait avoir un PV", raconte Carlo Governatori.

Cette année, les choses évoluent. Pendant l'été, 40 chalutiers sont autorisés à rapporter les déchets afin qu'ils soient recyclés.

Avec ses 7 600 km de côtes, l'Italie est particulièrement vulnérable face à la pollution en mer.

Chaque année, 600 000 tonnes de plastique sont rejetées en mer Méditerrannée, faisant d'elle l'une des mers les plus polluées au monde.

Actuellement, les autorités italiennes planchent sur un projet de loi visant à inciter les pêcheurs à ramasser ces déchets en leur versant des primes.

Pour les associations qui nettoient les plages, il y a urgence. "C'est un problème gravissime pour la biodiversité", explique une membre de l'association environnementale italienne Legambiente. "Des poissons meurent en mangeant du plastique. Ils le confondent avec ce qu'ils mangent habituellement, comme les méduses."

En Sardaigne, 22 kilos de déchets ont été retrouvés dans le ventre d'un cachalot début avril. Le ministre italien de l'Environnment avait alors affirmé faire de la lutte contre le plastique sa priorité.

L'Italie serait le troisième plus gros pollueur en Méditerranée, derrière l'Égypte et la Turquie. Avec ses 10 000 tonnes de déchets plastiques produits finissant dans cette mer semi-fermée, la France n'est pas en reste.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.