Accéder au contenu principal

Sorti du traité INF, Washington teste un missile de portée intermédiaire

Les États-Unis ont testé un missile conventionnel de portée intermédiaire depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie, le 18 août 2019.
Les États-Unis ont testé un missile conventionnel de portée intermédiaire depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie, le 18 août 2019. Scott Hawe, ministère américain de la Défense, AFP

Washington a annoncé lundi avoir testé un missile conventionnel de portée intermédiaire. Un test de nouveau possible pour les États-Unis depuis qu'ils se sont retirés du traité INF au début du mois.

Publicité

Les États-Unis ont annoncé, lundi 19 août, avoir testé un missile conventionnel de portée intermédiaire. Le test, réussi, a été effectué dimanche depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie, à 14 h 30 locales (21h 30 GMT), a précisé le Pentagone dans un communiqué.

"Le missile testé a quitté sa rampe de lancement terrestre et touché avec précision sa cible après plus de 500 km de vol", a précisé le ministère américain de la Défense dans un communiqué.

"Les données recueillies et les leçons tirées de ce test donneront au ministère de la Défense les informations nécessaires au développement de nouvelles armes de portée intermédiaire", conclut le Pentagone dans ce très bref communiqué.

Les États-Unis sont sortis le 2 août du traité de désarmement INF, qu'ils accusent Moscou d'avoir violé pendant des années, ouvrant la voie à une nouvelle course aux armements dirigée contre la Russie, mais surtout contre la Chine.

Accélérer le développement de nouveaux missiles sol-air

Ce même 2 août, le ministre de la Défense, Mark Esper, avait annoncé que les États-Unis allaient désormais accélérer le développement de nouveaux missiles sol-air. "Maintenant que nous nous sommes retirés, le ministère de la Défense va poursuivre pleinement le développement de ces missiles sol-air conventionnels dans une réponse prudente aux actions de la Russie", a expliqué le ministre.

Mark Esper avait précisé que les Américains avaient commencé en 2017 des recherches sur ces systèmes de missiles, tout en restant dans les limites du traité INF sur les Forces nucléaires intermédiaires.

Le traité INF, qui avait permis dans les années 1980 l'élimination des missiles russes SS20 et américains Pershing, au cœur de la crise des euromissiles, abolissait l'usage de toute une série de missiles à capacité nucléaire de portée intermédiaire (de 500 à 5 500 km).

Le missile testé dimanche est conventionnel, mais tout missile peut, par la suite, être équipé de tête nucléaire.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.