Accéder au contenu principal

À Brégançon, Emmanuel Macron appelle Vladimir Poutine au respect de la liberté de manifester en Russie

Le président russe Vladimir Poutine et le président français Emmanuel Macron au fort de Brégançon, le 19 août 2019.
Le président russe Vladimir Poutine et le président français Emmanuel Macron au fort de Brégançon, le 19 août 2019. Gerard Julien, Pool via Reuters

Emmanuel Macron a accueilli, lundi, Vladimir Poutine au fort de Brégançon. L'occasion d'aborder plusieurs dossiers internationaux, de la situation à Idleb en Syrie à l'Ukraine, alors que Moscou sera absent au sommet du G7 le week-end prochain.

Publicité

Emmanuel Macron a accueilli lundi 19 août le président russe, Vladimir Poutine, au fort de Brégançon, résidence d'été du chef de l'État français. Avant un entretien en tête-à-tête, les deux présidents ont abordé devant la presse plusieurs dossiers internationaux, ainsi que la situation en Russie.

La visite de Vladimir Poutine en France "sert pleinement la communication du Kremlin"

Le président français a appelé au respect de la liberté d'expression et du choix de se présenter à des élections en Russie, où plus de 2 000 manifestants réclamant des élections libres ont été interpellés ces dernières semaines.

"La Russie a toute sa place dans l'Europe des valeurs", a déclaré Emmanuel Macron. Avant d'ajouter : "Nous avons pu appeler cet été à ce que la liberté de manifester, d'expression, d'opinion, de se présenter à des élections dans le cadre de tout pays au sein de ce conseil (de l'Europe) soit pleinement aussi respectée en Russie."

La prise de parole d'Emmanuel Macron

Le président Vladimir Poutine a répondu que les autorités russes agiraient pour que les manifestations d'opposants à Moscou restent dans le "cadre de la loi" et qu'il voulait éviter une "situation telle que celle des Gilets jaunes" en France. "Nous ne voulons pas d'une situation similaire" à celle qui a récemment prévalu à Paris, a dit le président russe.

Un sommet à quatre sur l'Ukraine "dans les prochaines semaines" ?

Le chef de l'État français, devant son homologue russe, a plaidé pour un sommet à quatre (Russie, Ukraine, Allemagne, France) sur l'Ukraine "dans les prochaines semaines", estimant qu'il y avait un "vrai changement" dans les relations entre Kiev et Moscou.

"Les choix du président (ukrainien) Zelensky sont un vrai changement pour la situation" et "nous aurons à considérer l'opportunité, ce qui est mon souhait, d'un nouveau sommet en format Normandie dans les prochaines semaines", a-t-il déclaré.

Vladimir Poutine a évoqué "un optimisme prudent" sur le dossier des régions séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine après ses contacts avec le nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Le chef de l'État russe a déclaré : "Je vais parler (avec Emmanuel Macron) de mes contacts avec le nouveau président ukrainien. Il y a des choses qui sont dignes de discussions et qui provoquent un optimisme prudent."

La Russie "soutient les efforts de l'armée syrienne"

Cette prise de parole commune devant la presse a aussi été l'occasion d'aborder la situation en Syrie – et plus particulièrement dans la province d'Idleb. "Il est impérieux que le cessez-le-feu soit respecté à Idleb", a estimé Emmanuel Macron.

"Un gros travail a été fait ensemble depuis plusieurs mois" entre la France et la Russie, a souligné le chef de l'État français. "Nous avons avancé sur le rapprochement des formats de négociations (...) mais je dois bien le dire, notre préoccupation aujourd'hui est profonde sur la situation qui est vécue à Idleb."

Le président français a ajouté que "la population civile à Idleb vit sous les bombes, des populations innocentes, en particulier des enfants, sont tuées et il est impérieux (...) que le cessez-le-feu acté à Sotchi soit pleinement respecté car aujourd'hui les attaques menées par le régime conduisent à tuer des innocents et des civils".

La prise de parole de Vladimir Poutine

De son côté, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie "soutenait les efforts de l'armée syrienne pour éliminer les menaces terroristes à Idleb".

"Il y a eu plusieurs tentatives d'attaquer notre base aérienne depuis la zone d'Idleb, c'est pour cela que nous appuyons les efforts de l'armée syrienne qui visent à mettre fin à cette menace terroriste et couper toutes les activités terroristes dans cette zone", a souligné le président russe. "Le travail contre les terroristes dans cette zone sera poursuivi jusqu'à sa fin."

Macron appelle à retrouver la "confiance" dans les relations UE - Russie

Le président Emmanuel Macron a plaidé devant Vladimir Poutine pour un rapprochement entre l'Union européenne et la Russie, appelant à retrouver la "confiance" dans un ordre international en "recomposition".

Malgré "les malentendus des dernières décennies, les débats sur la relation avec l'Occident", la Russie "est européenne" et "nous avons à réinventer une architecture de sécurité et de confiance entre l'Union européenne et la Russie", a déclaré le chef de l'État français.

Enfin, le président français a annoncé qu'il se rendrait à Moscou en mai 2020 pour assister aux célébrations en Russie du 75e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie. "Je suis reconnaissant" à Emmanuel Macron d'avoir accepté cette invitation, a renchéri Vladimir Poutine, les Russes accordant la plus haute importance à ces commémorations qui ont été boudées par les Occidentaux depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Avant aujourd'hui, les deux chefs d'État se sont déjà rencontrés plusieurs fois en tête-à-tête, en mai 2017 à Versailles puis l'an dernier à Saint-Pétersbourg. Ils se sont également entretenus lors de chaque G20, tout dernièrement à Osaka en juin. La réception de ce lundi est une façon de pallier l'absence de Moscou au sommet du G7 le week-end prochain.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.