Accéder au contenu principal

En Indonésie, les Papous manifestent contre l'arrestation d'étudiants indépendantistes

Des gens brûlent des pneus sur une route à Manokwari, capitale de la région ouest de la Papouasie, le 19 août 2019.
Des gens brûlent des pneus sur une route à Manokwari, capitale de la région ouest de la Papouasie, le 19 août 2019. Antara Foto, Toyiban, via Reuters

Des émeutes ont éclaté lundi dans la province indonésienne de Papouasie, où un parlement régional a été incendié. Des milliers de manifestants protestaient contre l'arrestation, samedi, de 43 étudiants indépendantistes.

Publicité

La province indonésienne de Papouasie est sous tension après que des émeutes ont éclaté, lundi 19 août. Un parlement régional a été incendié alors que des milliers de manifestants protestaient contre l'arrestation d'étudiants indépendantistes.

Les protestataires sont descendus dans la rue à Manokwari, capitale de la région ouest de la Papouasie – peuplée de quelque 130 000 habitants –, dont le parlement a été détruit par les flammes.

Des habitants ont aussi mis le feu à des magasins et à des véhicules, arraché des panneaux de signalisation et jeté des pierres sur des bâtiments officiels, selon un journaliste de l'AFP sur place qui a évalué à plusieurs milliers le nombre total des manifestants.

Le ministre indonésien chargé de la Sécurité, Wiranto, a appelé au calme et annoncé une enquête sur les événements à l'origine des émeutes à Manokwari, qui ont également provoqué des troubles dans plusieurs autres villes de la province lundi. "Cela a vraiment perturbé l'unité de notre nation", a-t-il souligné.

Arrestation d'étudiants accusés d'avoir brûlé un drapeau indonésien

Ces émeutes sont le dernier signe de violence d'une région marquée par une rébellion indépendantiste sporadique contre le gouvernement indonésien.

Au cours des émeutes, trois policiers ont été blessés à Manokwari par des jets de pierres, selon les autorités. Aucune information n'était disponible sur des blessés du côté des manifestants.

Les émeutes ont été provoquées par des informations sur l'arrestation, samedi, de 43 étudiants papous par la police après des tirs de gaz lacrymogènes, à Surabaya, la deuxième ville du pays, au cours d'une manifestation coïncidant avec la fête de l'indépendance du pays.

Selon des militants papous et les médias locaux, la police antiémeute a investi un dortoir pour déloger des étudiants accusés d'avoir détruit un drapeau indonésien. La police a affirmé avoir appréhendé les étudiants brièvement, les avoir interrogés, puis libérés.

Des images diffusées par les télévisions ont montré des manifestations organisées contre ces étudiants à l'occasion desquelles des injures raciales ont été prononcées contre les Papous.

Indépendante en 1961 puis annexée par l'Indonésie en 1969

Province parmi les plus pauvres d'Indonésie, la Papouasie a été le théâtre d'événements violents depuis l'année dernière. En décembre, au moins 16 ouvriers indonésiens travaillant pour une compagnie publique sur un chantier d'infrastructure ont été tués par des rebelles séparatistes.

Le mois dernier, deux militaires ont été tués en Papouasie au cours d'affrontements avec des séparatistes.

L'armée indonésienne a été accusée par les ONG de violations des droits de l'Homme contre la population mélanésienne, notamment d'avoir tué des manifestants pacifiques.

La Papouasie s'est déclarée indépendante en 1961, mais l'Indonésie a pris le contrôle par la force en 1963 de cette région riche en ressources naturelles. Elle a officiellement annexé la Papouasie en 1969.

De nombreux Papous réclament l'indépendance, comme la Papouasie Nouvelle-Guinée, autre moitié de cette grande île, qui l'a obtenue en 1975 après avoir été une colonie australienne.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.