Accéder au contenu principal

Les troupes syriennes encerclent un poste d'observation turc près d'Idleb

Photo aérienne de la ville de Morek,dans la campagne du nord de la province de Hama, le 13 octobre 2018.
Photo aérienne de la ville de Morek,dans la campagne du nord de la province de Hama, le 13 octobre 2018. Omar Haj Kadour, AFP (archives)

Les forces du régime syrien ont repris plusieurs localités, vendredi, dans le nord de la province de Hama, dont celle de Morek où se trouve un poste militaire de l'armée turque. Ankara a martelé qu'elle n'abandonnerait pas le poste d'observation.

Publicité

Les troupes de Bachar al-Assad encerclaient, vendredi 23 août, un poste d'observation de l'armée turque dans le nord-ouest de la Syrie, près de la province d'Idleb, après avoir conquis plusieurs villages des alentours.

À Damas, l'agence officielle Sana a confirmé que l'armée syrienne avait pris le contrôle de plusieurs villages de Hama, dont Morek et Kafr Zita.

De son côté, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a indiqué que son pays n'abandonnerait pas le poste d'observation. "Nous ne sommes pas là-bas parce que nous ne pouvons pas en partir, mais parce que nous ne voulons pas en partir", a martelé en conférence de presse le ministre des Affaires étrangères, lors d'un déplacement au Liban, assurant que les soldats turcs n'étaient pas "isolés".

"Les forces du régime encerclent le poste d'observation turc de Morek après avoir conquis les autres localités de cette poche", située à cheval entre les provinces d'Idleb et de Hama, avait précisé dans la matinée l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée à Londres. Tout ce secteur s'est retrouvé totalement encerclé par les forces gouvernementales quand elles ont repris le contrôle, le 21 août, de la ville de Khan Cheikhoun après le retrait des jihadistes et des rebelles, selon l'OSDH.

"Le régime a pris le contrôle de toutes les localités et les villages de cette poche encerclée, notamment Kafr Zita et Latamné, sans livrer aucun combat ni faire face à aucune résistance", a précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Pas question de fermer ou de déplacer" le poste d'observation de Morek

Soutenant certains groupes rebelles syriens, la Turquie a déployé des forces sur plusieurs postes d'observation à travers les provinces d'Idleb et de Hama.

Le régime de Damas et son allié russe bombardent quasi quotidiennement depuis avril la province d'Idleb et les zones voisines des provinces de Hama, Lattaquié et d'Alep, qui sont dominées par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda) et abritent aussi des groupes rebelles appuyés par Ankara.

Selon la présidence turque, Recep Tayyip Erdogan se rendra à Moscou mardi, après un premier entretien téléphonique, vendredi, avec Vladimir Poutine. Le président turc a affirmé à son homologue russe que les offensives du régime syrien "nuisent aux efforts de résolution (du conflit) en Syrie" et constituent une sérieuse menace contre la sécurité de la Turquie.

De son côté, le Kremlin a indiqué que les deux chefs d’État se sont mis d'accord "pour intensifier les efforts communs avec l'objectif de liquider la menace terroriste".

Depuis le 8 août, les forces gouvernementales ont accentué la pression avec une progression au sol, grignotant le territoire des jihadistes et des rebelles.

Les développements en Syrie seront au cœur d'un sommet le 16 septembre, à Ankara, entre les présidents de Russie, d'Iran et de Turquie, trois pays qui jouent un rôle de premier plan dans le conflit qui déchire ce pays depuis 2011.

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.