Accéder au contenu principal

Donald Trump relève à nouveau les taxes sur les produits chinois

Donald Trump et Xi Jinping, le 29 juin 2019, lors du G20 d'Osaka.
Donald Trump et Xi Jinping, le 29 juin 2019, lors du G20 d'Osaka. Kevin Lamarque, Reuters

De nouvelles hausses des droits de douane sur les produits chinois importés aux États-Unis ont été annoncées, vendredi. Cette décision vient en réponse à l'augmentation des taxes chinoises sur les produits américains annoncée plus tôt.

Publicité

L’escalade se poursuit dans la guerre commerciale qui oppose les États-Unis à la Chine. Le président américain Donald Trump a décidé, vendredi 23 août, de relever encore de 5 % les droits de douane sur 550 milliards de dollars de produits importés de Chine, marquant une nouvelle étape dans le conflit commercial qui oppose les deux premières économies du monde.

Cette déclaration de Donald Trump, effectuée sur Twitter, est survenue quelques heures après que Pékin a annoncé des mesures de rétorsion face aux droits de douane américains qui toucheront en deux étapes, au 1er septembre puis au 15 décembre, quelque 300 milliards de produits chinois jusque-là non taxés.

>> À lire : États-Unis vs Chine : du conflit commercial à la guerre économique ?

"Malheureusement, les administrations précédentes ont permis à la Chine de s'éloigner du commerce équitable et équilibré au point de devenir un lourd fardeau pour le contribuable américain", a-t-il dit sur Twitter. "En tant que président, je ne peux plus permettre que cela se produise !"

Il a déclaré que les États-Unis, à compter du 1er octobre, feraient passer de 25 % à 30 % leurs droits de douane sur un montant de 250 milliards de dollars d'importations chinoises. Parallèlement, Donald Trump a annoncé une augmentation supplémentaire des taxes prévues sur les 300 milliards de dollars restants de produits chinois, de 10 % à 15 %.

Washington commencera à imposer ces droits de douane sur certains produits à partir du 1er septembre mais sur environ la moitié de ces produits, ils ont été reportés au 15 décembre.

"Nous n'avons pas besoin de la Chine"

L'annonce de Donald Trump, qui a suivi une réunion dans le Bureau ovale de la Maison Blanche avec ses conseillers, prolonge la tendance du conflit commercial sino-américain qui veut que chaque camp rende coup pour coup depuis plus d'un an.

"Nos formidables entreprises américaines ont pour ordre de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, y compris en ramenant vos entreprises à la maison et en fabriquant vos produits aux USA", avait écrit le milliardaire sur Twitter vendredi matin, avant l’annonce des nouvelles taxes américaines. "Nous n'avons pas besoin de la Chine et franchement, nous nous portons beaucoup mieux sans elle", a-t-il ajouté.

Mais la Chambre de commerce américaine a rejeté cet appel. "Nous partageons la frustration du président mais nous pensons qu'un engagement constructif et poursuivi est la bonne voie à suivre", a déclaré le responsable des affaires internationales Myron Brilliant dans un communiqué, exhortant les deux parties à parvenir rapidement à un accord commercial.

Le président américain ne peut légalement pas obliger des entreprises américaines à quitter immédiatement la Chine et il n'a donné aucune précision sur la manière dont il entendait procéder pour y parvenir.

La Chine a annoncé, vendredi, son intention de relever les droits de douane sur environ 75 milliards de dollars de produits américains, présentant ces mesures comme la riposte à la taxation annoncée de quelque 300 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires décidée par les États-Unis.

Le ministère du Commerce chinois a déclaré dans un communiqué qu'il imposerait des droits de douane supplémentaires de 5 % ou 10 % sur un total de 5 078 produits provenant des États-Unis, parmi lesquels des produits agricoles tels que le soja, le pétrole brut et les petits avions. La Chine va aussi rétablir la taxation d'automobiles et de pièces détachées d'origine américaine.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.