Accéder au contenu principal

Emmanuel Macron et Donald Trump trouvent des "éléments de convergence"

Donald Trump déjeune avec le président français, Emmanuel Macron, à l'hôtel du Palais à Biarritz, le 24 août 2019, premier jour du sommet annuel du G7.
Donald Trump déjeune avec le président français, Emmanuel Macron, à l'hôtel du Palais à Biarritz, le 24 août 2019, premier jour du sommet annuel du G7. Nicholas Kamm, AFP

Emmanuel Macron a joué la carte de l'apaisement lors d'un déjeuner samedi avec Donald Trump, avant le lancement du G7. Les deux chefs d'État ont eu des "éléments convergence" sur les principaux dossiers du sommet.

Publicité

C’est un tête-à-tête crucial, à quelques heures avant l’ouverture du G7. Samedi 24 août, Emmanuel Macron et Donald Trump ont pu échanger durant deux heures sur les grands dossiers du sommet international, lors d’un déjeuner à Biarritz.

Les deux homologues ont eu des "éléments de convergence" sur des sujets tels que l'Iran et les feux en Amazonie, a indiqué la présidence française.

Avec ce déjeuner "improvisé", le chef de l'État français "a créé les conditions pour un bon niveau de convergence au sein du groupe [du G7] en obtenant des clarifications de Donald Trump" sur les principaux sujets, "accords et désaccords compris", a précisé l'Élysée.

À l'issue de cette rencontre, Donald Trump s’est exprimé sur les réseaux sociaux, affirmant que "de nombreuses bonnes choses arrivent pour nos deux pays. Grand week-end avec d'autres dirigeants du monde", a-t-il ajouté sur son compte Twitter, suivi par plus de 60 millions de personnes.

Alors que les divergences avec les États-Unis risquent de torpiller toute unité du G7 sur le commerce ou le climat, le président français a tenu à "expliquer" à son homologue américain les positions française et européenne, pour "faire baisser la pression", a souligné un conseiller.

"Une politique utile"

Sur l'Iran, Donald Trump "a confirmé qu'il ne voulait pas la guerre mais […] un 'deal' ", selon l'Élysée.

Emmanuel Macron lui a présenté l'option de permettre à Téhéran "pour une période limitée une partie de son pétrole" en échange d'un retour à son engagement de ne pas enrichir d'uranium pour se doter de l'arme nucléaire.

Sur l'Amazonie également, "nous avons des élements de convergence importants" et Emmanuel Macron a assuré qu'il ne voulait pas "faire une politique anti-Bolsonaro mais une politique utile".

Les pays du G7 pourraient annoncer dimanche des mesures pour aider le Brésil à lutter contre les immenses feux de forêt.

Quant aux vins français que Donald Trump menace de taxer, Emmanuel Macron lui a fait valoir qu'il n'y avait "pas lieu de déclencher une guerre sur ce sujet [et qu'il n'y a pas de] lien à faire avec la taxation du numérique qui est de l'intérêt commun de la France, des États-Unis et des grandes économies".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.