Accéder au contenu principal

Incendies : le Bolivien Evo Morales également sous le feu des critiques

Au cœur des critiques des organisations écologistes, le "chaqueo", pratique de la culture sur brûlis largement répandue.
Au cœur des critiques des organisations écologistes, le "chaqueo", pratique de la culture sur brûlis largement répandue. Aizar Raldes, AFP

Tout comme son homologue brésilien Jair Bolsonaro, Evo Morales est critiqué par les écologistes pour sa politique agricole, accusée d'être responsable des incendies qui ont déjà dévasté, depuis mai, près d'un million d'hectares en Bolivie.

Publicité

Autre pays, mêmes critiques. À l'instar du chef de l'État brésilien Jair Bolsonaro, le président bolivien Evo Morales est la cible de la colère des écologistes. Ces derniers rendent sa politique agricole responsable des incendies qui ont déjà dévasté près d'un million d'hectares dans l'est du pays.

Mis sous pression par les organisations environnementales locales, le dirigeant de gauche a finalement accepté, dimanche, les offres d'aide de plusieurs pays de la région et de l'Espagne pour combattre les incendies incontrôlés qui ravagent depuis plusieurs semaines le Pantanal bolivien (est), aux confins du Brésil et du Paraguay.

Evo Morales a également annoncé la suspension temporaire de sa campagne électorale, alors qu'il brigue fin octobre un quatrième mandat contesté. Selon des chiffres officiels, 950 000 hectares ont été ravagés par les flammes dans l'est du pays depuis mai, avec une très forte recrudescence depuis mi-août.

La culture sur brûlis critiquée

Au cœur des critiques des organisations écologistes, le "chaqueo", pratique de la culture sur brûlis largement répandue et ouvertement encouragée, selon elles, par le gouvernement qui soutient l'extension des activités agricoles intensives.

"Nous parlons d'une politique d'État convenue avec le secteur des affaires de l'est de la Bolivie pour étendre la frontière (...) à l'agriculture intensive, au soja génétiquement modifié, aux plantations de canne à sucre et à l'habilitation des pâturages pour l'élevage du bétail", dénonce Leonardo Tamburini, directeur de l'ONG Cejis.

Les écologistes pointent du doigt une loi de 2016 qui élargit les surfaces de déboisement autorisées de 5 hectares à 20 hectares et un décret datant de juillet qui permet des incendies sous contrôle pour déforester.

"Les feux sont provoqués par la sécheresse"

Leonardo Tamburini relève que le gouvernement d'Evo Morales va à l'encontre de ce qu'a longtemps représenté le chef de l'État bolivien : un Indien aymara, grand défenseur de la nature et un des promoteurs de la "Déclaration universelle des droits de la Terre-Mère", établie à l'initiative des peuples amérindiens qui militent pour qu'elle soit adoptée par l'Assemblée des Nations unies.

"Le gouvernement a perdu le cap par rapport aux principes philosophiques et idéologiques qui l'ont amené au pouvoir en 2006 et il a désormais pour base un modèle de développement extractiviste" d'exploitation massive des ressources naturelles, souligne-t-il.

Ces dernières années, la Bolivie a multiplié les accords d'investissement internationaux, notamment avec la Chine, pour l'exploitation du gaz naturel et surtout du lithium, dont elle espère être le quatrième producteur mondial d'ici 2021.

Les organisations écologistes dénoncent également une minimisation des conséquences des incendies. La Fondation des Amis de la nature (FAN) accuse le gouvernement de ne pas prendre en compte dans les chiffres officiels la situation dans l'autre département amazonien de Beni (nord).

"La superficie brûlée au 20 août est d'environ 1,5 million d'hectares sur l'ensemble du territoire national", estime l'organisation.

Au moment où le président d'extrême droite brésilien Jair Bolsonaro, climato-sceptique assumé, est sous pression internationale pour sa gestion des incendies dans l'Amazonie brésilienne, le gouvernement d'Evo Morales met en cause la sécheresse comme cause principale des feux.

Le président Morales, réélu en 2009, puis en 2014 et qui a obtenu de la Cour constitutionnelle la possibilité de se présenter sans limitation de mandat, a également répondu aux critiques : "Il y a des inondations, c'est la faute d'Evo Morales ; il y a la sécheresse, c'est la faute d'Evo Morales ; il y a des incendies, c'est la faute d'Evo Morales".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.