Accéder au contenu principal

Netflix franchit en 2019 la barre des 5 milliards de DVD loués

Les enveloppes rouges, qui contiennent les DVD loués par Netflix.
Les enveloppes rouges, qui contiennent les DVD loués par Netflix. JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Plus connu pour son service de streaming, Netflix continue sa toute première activité : la location de DVD. Contre toute attente, et en 2019, l’entreprise américaine vient de passer la barre des 5 milliards de films livrés.

Publicité

Pour beaucoup, Netflix se résume au "N" rouge, sur lequel il suffit de cliquer pour avoir accès à une multitude de films et de séries. Pour d’autres, c’est la garantie d’ouvrir sa boîte aux lettres et d’y trouver l’enveloppe rouge, dans laquelle se trouve le DVD du film commandé. Car si la plateforme de vidéo à la demande existe depuis 11 ans, l’activité de location de DVD, elle, a déjà 21 ans. Et lundi 26 août, Netflix a fêté ses cinq milliards de films livrés par voie postale.

Avec plus de 150 millions d’abonnés dans le monde en 2019, la plateforme VOD de Netflix a considérablement devancé son aînée, la location de DVD, qui à ce jour compte tout de même toujours 2,4 millions d’adeptes. Un chiffre cependant en baisse constante : en 2011, ils étaient encore 14 millions à commander des films sur le site DVD.com, livré par courrier directement chez eux.

Ces chiffres décroissants n’ont pas empêché les équipes de DVD.com de célébrer ce record, comme on peut le voir dans la vidéo publiée sur le compte Twitter de l’entreprise. Pour les curieux qui se demandent quel était le 5 milliardième film loué, il s’agit de "Rocketman", le biopic sur Elton John, réalisé par Dexter Fletcher et sorti en 2019.

Des bénéfices toujours conséquents

Si elle peut sembler désuète, la location de DVD rapporte encore à Netflix de grosses sommes d’argent : en 2018, l’entreprise américaine a engrangé plus de 212 millions de dollars grâce à cette activité, selon CNN. Les raisons de ce petit succès qui perdure ? Un mauvais accès à Internet pour certains, l’attractivité du catalogue "physique" pour d’autres. En effet, il comptabiliserait près de 100 000 films, contre 6 000 environ en streaming aux États-Unis. Et l’assurance que les films ne disparaissent pas du catalogue sans que l’on soit prévenu.

"Sans DVD.com, nous n'aurions rien. Internet et le câble ne fonctionnent pas là où nous vivons. [...] Nous sommes abonnés depuis 1999 !", témoigne ainsi un utilisateur.

"Ça complète le streaming, grâce aux films et aux séries que le catalogue ne propose pas", explique sur Twitter cet autre usager du service de location de DVD.

Un service jamais exporté

Lancée en 1998 aux États-Unis, la location de DVD par Netflix n’a jamais dépassé les frontières du pays, malgré son succès au début des années 2000. En effet, c’est par le biais de la VOD que le géant du streaming a choisi de s’exporter.

À l’instar du retour en force du vinyle, peut-on espérer connaître un jour le retour du DVD dans nos armoires ? Peu probable pour le moment, compte tenu du fait que l’industrie du lecteur DVD et Blu-Ray est en berne. En 2018, le marché physique de la vidéo passait sous la barre des 450 millions d’euros de chiffre d’affaire, pour la première fois depuis l’arrivée du DVD à la fin des années 1990. Et le géant coréen Samsung a d’ailleurs annoncé en 2019 mettre fin à la conception de nouveaux modèles de lecteurs Blu-Ray, faute de succès.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.