Accéder au contenu principal

80 ans après le déclenchement de la guerre, Berlin demande pardon aux Polonais

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier prononçant un discours en Finlande, le 16 juin 2019.
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier prononçant un discours en Finlande, le 16 juin 2019. Roni Rekomaa, AFP

Le président allemand a demandé pardon aux victimes polonaises de l'agression germanique à l'occasion des 80 ans du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, lors d'une cérémonie à Wielun, en Pologne, où sont tombées les premières bombes.

Publicité

Des excuses de Berlin. Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a demandé pardon, dimanche 1er septembre, aux victimes de l'agression allemande, lors d'une cérémonie à Wielun, exactement à l'heure de l'explosion des premières bombes tombées en 1939 sur cette petite ville polonaise, première victime de la Seconde guerre mondiale.

"Je m'incline devant les victimes de l'attaque de Wielun. Je m'incline devant les victimes polonaises de la tyrannie allemande. Et je demande pardon", a déclaré en allemand et en polonais Frank-Walter Steinmeier, en présence notamment de son homologue polonais.

"Crime contre l’humanité"

La Pologne a été durement touchée par les horreurs de la Deuxième guerre mondiale, perdant six millions de citoyens, dont trois millions de Juifs. "Ce sont les Allemands qui ont commis un crime contre l'humanité en Pologne. Quiconque prétend que c'est fini, que le règne de terreur des national-socialistes sur l'Europe est un événement marginal dans l'histoire allemande se juge lui-même", a souligné Frank-Walter Steinmeier.

>> À lire : Les 80 ans du début de la Seconde Guerre mondiale au cœur d’un bras de fer historique à Gdansk

Le chef de l'État a semblé faire ainsi référence à l'extrême droite allemande, dont le co-président Alexander Gauland avait estimé que les années du Troisième Reich n'ont été qu'une "fiente d'oiseau" dans un millénaire allemand glorieux.

"Nous n'oublierons pas. Nous voulons nous souvenir et nous nous souviendrons", a insisté Frank-Walter Steinmeier. De son côté, le président polonais Andrzej Duda a dénoncé "un acte de barbarie" et "un crime de guerre" qui a ouvert la Seconde guerre mondiale" à Wielun le 1er septembre 1939.

Andrzej Duda a remercié Frank-Walter Steinmeier pour sa présence à Wielun. "Je suis convaincu que cette cérémonie passera dans l'histoire de l'amitié polono-allemande", a-t-il dit.

Les cérémonies se tiennent dans trois endroits :dans la capitale Varsovie et sur deux sites où l'invasion de la Pologne par les Nazis a débuté. L'un d'eux est la péninsule de Westerplatte près de Gdansk où pourtant cette commémoration suscite toutefois encore des tensions entre le parti au pouvoir en Pologne et les autorités locales.

"Tout brûlait"

"J'ai vu des morts, des blessés... Fumée, bruit, explosions. Tout brûlait...", a raconté un témoin du bombardement, Tadeusz Sierandt, âgé aujourd'hui de 88 ans, interrogé par l'AFP à quelques jours de l'anniversaire.

L'attaque est venue une semaine après un accord secret, le pacte Ribbentrop-Molotov, conclu entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique sur le partage de l'Europe entre elles. La deuxième guerre mondiale allait faire entre 40 et 60 millions de morts, dont six millions de Juifs, victimes de l'Holocauste perpétré par les nazis.

Le 3 septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne, alliées de la Pologne, ont déclaré la guerre à l'Allemagne, mais sans lancer d'opérations importantes. Le 17 septembre, l'URSS a attaqué l'Est de la Pologne.

La collaboration entre nazis et Soviétiques a pris fin avec l'attaque d'Hitler contre l'URSS le 22 juin 1941. La guerre s'est poursuivie entre les Alliés, rejoints par l'URSS et les États-Unis, et l'axe germano-italo-japonais, battu en 1945.

"Exiger la vérité et la compensation"

À l'heure de la cérémonie de Wielun, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans ont participé à la commémoration du combat désespéré livré par une poignée de défenseurs polonais de la garnison de Westerplatte, à Gdansk, bombardée par un navire de guerre allemand.

"Travailler pour la tolérance, œuvrer pour le respect mutuel, s'efforcer de supprimer le terreau de ceux qui proposent l'intolérance, qui pensent que la haine est un bon moteur pour la politique, qui croient que la confrontation entre nations, entre cultures différentes, est une bonne chose", a déclaré Frans Timmermans.

L'Allemagne est aujourd'hui alliée de la Pologne au sein de l'Otan et de l'UE, et son premier partenaire économique. Mais, aux yeux du gouvernement conservateur nationaliste de Varsovie, la question des réparations de guerre doit encore être réglée.

"Il faut parler de ces pertes, s'en souvenir, exiger la vérité et la compensation", a souligné dimanche Mateusz Morawiecki.

Une commission parlementaire travaille sur une nouvelle estimation des pertes subies par la Pologne, que Varsovie souhaite présenter à Berlin. Mais pour le gouvernement allemand la question des réparations est close depuis longtemps.

La chancelière Angela Merkel assistera à la commémoration à Varsovie, mais ni le président français Emmanuel Macron, ni le Premier ministre britannique Boris Johnson n'ont prévu de faire le déplacement. Le président russe Vladimir Poutine n'a pas été invité, pour cause d'annexion de la Crimée et de conflit séparatiste en Ukraine.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.