Accéder au contenu principal

Poussée de l'extrême droite dans deux scrutins régionaux en Allemagne

Le candidat de l'AfD en Saxe Joerg Urban (à g) et le codirigeant du parti Joerg Meuthen, à Dresde (Saxe), dimanche 1er septembre.
Le candidat de l'AfD en Saxe Joerg Urban (à g) et le codirigeant du parti Joerg Meuthen, à Dresde (Saxe), dimanche 1er septembre. Michael Kappeler, DPA, AFP

Même s’ils ont remporté les élections régionales en Saxe et dans le Brandebourg, les conservateurs allemands et leurs alliés sociaux-démocrates au gouvernement ont cédé du terrain face à l'extrême droite, selon des résultats provisoires.

Publicité

L’extrême droite allemande espérait arriver, dimanche 1er septembre, pour la première fois en tête d’une élection importante, lors de scrutins régionaux dans l'ex-RDA qui se tiennent trente ans après la chute du Mur. Son pari a été perdu, même si elle enregistre une poussée, selon des résultats provisoires.

L'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel reste le premier parti en Saxe, mais avec 32 % des voix, elle perd 7,4 points de pourcentage par rapport au précédent scrutin en 2014, tandis que le parti d'extrême droite AfD (Alternative pour l'Allemagne) se classe au deuxième rang avec 27,5 % des voix, contre près de 10 % il y a cinq ans.

Dans son bastion du Brandebourg, qui entoure Berlin et qu'il dirige depuis 1990, le Parti social-démocrate (SPD) conserve lui aussi sa première place avec 27,2 % des voix devant l'AfD qui obtient 22,8 % et double pratiquement son score de 2014.

AfD, qui a fait en 2017 son entrée au Parlement national, exploite la colère des électeurs contre la politique migratoire et la fermeture prochaine de mines de charbon dans les deux Länder. Il se présente comme l'héritier du mouvement qui a entraîné la chute du Mur de Berlin, il y a trois décennies.

Le recul de la CDU et du SPD, qui était attendu, n'est cependant pas aussi important que ne le craignaient les états-majors et ce résultat pourrait donner un peu de répit à la coalition au pouvoir à Berlin.

"Nous avons réussi. La Saxe de l'amitié a gagné", s'est félicité le ministre-président du Land, le conservateur Michael Kretschmer, qui exclut toute collaboration avec AfD. "C'est un bon jour pour notre Land."

L'analyse de notre correspondant à Berlin

Le SPD fera le bilan en décembre

AfD a estimé de son côté que ce résultat pourrait contribuer à faire voler en éclats la coalition CDU-SPD.

"Les autres partis ne peuvent pas continuer comme si de rien n'était", a déclaré Alice Weidel, chef du groupe parlementaire AfD au Bundestag.

Le SPD, dirigé par un trio intérimaire depuis sa déroute aux élections européennes de mai dernier, devrait élire son nouveau président en décembre prochain. Le parti a promis de faire alors le bilan de la coalition formée avec les conservateurs CDU-CSU.

Manuela Schwesig, l'une des dirigeantes provisoires du parti, s'est inquiétée de cette nouvelle poussée de l'extrême droite en Allemagne de l'Est.

"Nous devons comprendre pourquoi tant de gens ont choisi de protester de cette manière", a-t-elle déclaré. "Nous devons tous être conscients que ces résultats d'AfD montrent que nous devons prendre en compte les inquiétudes des habitants de l'Est."

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.