Accéder au contenu principal

L'ouragan Dorian dévaste les Bahamas et fait route vers les États-Unis

Le vent souffle sur la ville de Marsh Harbour, dans les îles Abacos, aux Bahamas, quelques heures avant le passsage de Dorian.
Le vent souffle sur la ville de Marsh Harbour, dans les îles Abacos, aux Bahamas, quelques heures avant le passsage de Dorian. Dante Carrer, Reuters.

L'ouragan de catégorie 5 Dorian a durement frappé dimanche en milieu de journée les îles Abacos dans le nord-ouest des Bahamas et se dirige désormais vers la côte est des États-Unis où des centaines de milliers de personnes ont été évacuées.

Publicité

L’ouragan Dorian, désormais classé en catégorie 5, s'est abattu dimanche 1er septembre sur les Bahamas, le Centre national des ouragans américain (NHC) évoquant des "conditions catastrophiques". Il se dirige désormais vers les États-Unis.

L'ouragan a touché terre à Elbow Cay, sur les îles Abacos, dans le nord-ouest des Bahamas, avec des pluies torrentielles et des vents frôlant les 300 km/h. Des vidéos publiées sur le site du journal Tribune 242 des Bahamas montraient des vagues atteignant les toits de maisons en bois, des bateaux renversés flottant dans une eau boueuse au milieu de branches d'arbres, de planches et d'autres débris.

"Impact catastrophique"

Quelque 13 000 maisons pourraient avoir été endommagées ou détruites par le passage de l'ouragan au Bahamas, a indiqué lundi la Croix Rouge.

"Nous n'avons pas encore une image complète de ce qui s'est passé. Mais il est certain que l'ouragan a eu un impact catastrophique", a déclaré le chef du centre des opérations d'urgence de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), Sune Bulow.

Le responsable humanitaire a ajouté, dans un communiqué, que l'organisation s'attendait à des "besoins importants en abris". "Les habitants auront également besoin d'eau potable, d'assistance sanitaire et d'un soutien économique à court terme."

En effet, sur l'île d'Abaco, de vastes inondations auraient contaminé des puits d'eau salée, créant un besoin urgent en eau potable.

250 000 francs suisses (soit près de 230 000 euros) ont été débloqués par la FICR de son fonds d'urgence pour financer les premiers secours. Cela permettra à 500 familles de recevoir une aide d'urgence, comprenant des bâches, des couvertures et des chargeurs solaires de téléphone, et permettra de fournir à ces personnes un soutien financier qui leur permettra de réparer ou de remplacer ce qu'elles ont perdu.

Le cyclone poursuivait sa trajectoire incertaine vers les États-Unis, où les autorités ont ordonné l'évacuation préventive de centaines de milliers de personnes dans les États côtiers, notamment en Caroline du Sud et en Géorgie.

Selon le NHC, basé à Miami, Dorian a égalé le record, qui date de 1935, de l'ouragan le plus puissant de l'Atlantique lorsqu'il a touché terre, faisant redouter des scènes de dévastation.

Un ouragan "sans équivalent"

"Dorian devient l'ouragan le plus violent de l'histoire moderne dans le nord-ouest des Bahamas", a indiqué le NHC. Il s'agit "d'une situation extrêmement dangereuse", a martelé l’instance.

Les Bahamas sont confrontés, avec l'arrivée de Dorian, à un ouragan "sans équivalent" dans l'histoire de l'archipel, a affirmé le Premier ministre Hubert Minnis. "Nous sommes face à un ouragan […] comme nous n'en avons jamais vu dans l'histoire des Bahamas", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse où il a fondu en larmes. "C'est probablement le jour le plus triste de ma vie", a-t-il ajouté, cité par le Nassau Guardian. Hubert Minnis a appelé la population à se mettre à l'abri aussi rapidement que possible.

"Très difficile à prédire"

Après les Bahamas, l'ouragan devrait ensuite se rapprocher de la côte est de la Floride lundi soir et mardi, mais il est difficile de prévoir avec quelle intensité il va frapper le "Sunshine State". À 22h, GMT, dimanche, le cyclone se trouvait toujours au-dessus des Bahamas et se dirigeait très lentement vers l'ouest, à la vitesse de 7 km/h, selon le NHC.

"Beaucoup de mouvement, très difficile à prédire", avait résumé samedi Donald Trump dans un tweet. Le président américain a appelé à la plus grande vigilance face à cet ouragan "très très puissant".

"Initialement, il devait frapper directement la Floride", a-t-il rappelé dimanche matin à son arrivée à la Maison Blanche de retour de Camp David. "Il semble désormais qu'il va remonter vers la Caroline du Sud et la Caroline du Nord. La Géorgie et l'Alabama vont aussi être touchés". "Mais sa course pourrait encore changer", a mis en garde le locataire de la Maison Blanche qui a annulé le voyage qu'il devait effectuer en Pologne ce week-end.

État d'urgence

Le gouverneur de Caroline du Sud, Henry McMaster, a déclaré l'état d'urgence dans son État. "La force et le caractère imprévisible de la tempête nous obligent à nous préparer à tous les scénarios", a-t-il souligné.

L'état d'urgence avait déjà été déclaré en Floride et dans une douzaine de comtés de l'État de Géorgie. Cette mesure permet de mieux mobiliser les services publics de l'État et de recourir si besoin à l'aide fédérale.

Une évacuation obligatoire a été ordonnée pour les régions côtières des comtés de Palm Beach et Martin, en Floride. Selon un officier coordonnant les secours, 12 000 soldats se trouvent actuellement en Floride en attendant l'arrivée de Dorian. L'aéroport d'Orlando, où atterrissent les touristes voulant visiter Disney World, prévoit de fermer à partir de 6h, GMT, lundi matin.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.