Accéder au contenu principal

Les députés LREM à l'oeuvre pour le "Grenelle" des violences conjugales

Publicité

Paris (AFP)

Travail sur le terrain, "livre blanc" et proposition de loi sur le bracelet électronique: les députés LREM vont avancer leurs idées dans le cadre du "Grenelle" des violences conjugales, lancé mardi, et assurent associer les oppositions.

"Nous n'arriverons à éradiquer ces violences que tous ensemble", estime auprès de l'AFP Guillaume Gouffier-Cha, député du Val-de-Marne et copilote d'un groupe de travail LREM dédié, d'une trentaine de membres.

D'ici au 20 octobre, une journée d'échanges avec les associations et les acteurs institutionnels sera organisée dans chaque région. Le groupe de travail effectuera aussi des déplacements, y compris outre-mer.

Selon M. Gouffier-Cha, "il s'agit de voir les freins et aussi les bonnes pratiques", qui seront synthétisés dans un "livre blanc" remis début novembre à la secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa.

Les conclusions du "Grenelle" doivent être annoncées par le gouvernement le 25 novembre, à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

En parallèle, les députés du groupe majoritaire, qui se réuniront mardi soir prochain avec Marlène Schiappa, ont préparé une proposition de loi pour étendre le bracelet électronique antirapprochement, permettant de géolocaliser un ex-conjoint violent. Le texte devrait être débattu à l'automne.

Les députés LR ont aussi leur proposition de loi sur le sujet, qu'ils ont inscrit dans leur "niche" parlementaire le 10 octobre, visant aussi à réduire à six jours le moment entre la saisine de la justice par une victime.

Ce texte porté par Aurélien Pradié contient des "propositions très concrètes" et "j?espère que les collègues de la majorité En Marche nous soutiendrons", a déclaré mardi à France Inter le patron du groupe de droite Christian Jacob. Il a invité "tous les parlementaires, quelle que soit leur sensibilité politique", à faire de même.

"Nous avons les mêmes objectifs avec LR", reconnaît M. Gouffier-Cha, qui appelle à éviter "la caricature".

Pressé d'agir contre le fléau des violences faites aux femmes, le gouvernement lance mardi à Matignon un "Grenelle" que les associations et proches de victimes de féminicides espèrent voir déboucher sur des mesures immédiates et des moyens accrus.

Ce rendez-vous très attendu s'ouvre alors qu'une centaine de femmes ont été tuées par leur conjoint ou ancien concubin depuis le 1er janvier dernier, selon un décompte d'un collectif militant, "Féminicides par compagnon ou ex".

Aux yeux d'Adrien Quatennens (LFI), "ça devait être la grande cause du quinquennat, pour l'instant on voit surtout la grande causerie". "Il faudrait maintenant mettre des moyens sur la table", a insisté le député du Nord sur Europe 1.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.