Accéder au contenu principal

Yémen : tous les belligérants sont coupables de "crimes de guerre", affirme l'ONU

Des forces fidèles à la coalition menée par l'Arabie saoudite patrouillent la ville de Zinjibar, dans le sud du Yémen, le 2 septembre 2019.
Des forces fidèles à la coalition menée par l'Arabie saoudite patrouillent la ville de Zinjibar, dans le sud du Yémen, le 2 septembre 2019. Nabil Hasan, AFP

Cinq ans après le début du conflit au Yémen, des experts de l'ONU ont dénoncé, mardi, des crimes de guerre commis par toutes les parties impliquées. Ils appellent également la communauté internationale à s'abstenir de fournir des armes.

Publicité

Une "multitude de crimes de guerre". C'est la conclusion d'un rapport des experts de l'ONU sur le conflit au Yémen, rendu public mardi 3 septembre. Ces actes auraient été commis depuis le début de la guerre et ce par les diverses parties concernées. La torture, les viols, les disparitions, l'utilisation de la famine ou d'enfants-soldats ou autres événements pourraient entraîner des condamnations "pour crimes de guerre", en cas de saisine d'un "tribunal indépendant et compétent".

"Personne n'a les mains propres dans ce conflit", a asséné l'un des experts de l'ONU, Charles Garraway, lors de la présentation du rapport aux médias.

Le groupe d'experts sur le Yémen, créé par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies en 2017, a identifié, dans la mesure du possible, les "personnes susceptibles d'être responsables de crimes internationaux et a transmis ces noms" à la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet. Les noms concernés restent toutefois confidentiels.

Un bon nombre des violations "peut entraîner la condamnation de personnes pour crimes de guerre si un tribunal indépendant et compétent en est saisi", ont-ils indiqué dans un communiqué. Malgré le manque de coopération dont ont fait preuve la coalition et le gouvernement du Yémen, le groupe d'experts a pu mener plus de 600 entretiens avec des victimes et des témoins.

Attaques sur des civils, torture, viols, enfants-soldats, disparitions…

Attaques et tirs aériens qui visent de manière indiscriminée les populations civiles, utilisation de la famine comme arme de guerre, torture, viols, détentions arbitraires, disparitions forcées, recrutement d'enfants de moins de 15 ans... ce rapport détaille les crimes de guerre qui auraient été commis.

Depuis 2014, ce conflit a fait des dizaines de milliers de morts dont de nombreux civils, d'après des ONG. Il a plongé ce pays - le plus pauvre de la péninsule arabique - dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU.

Une coalition menée par l'Arabie saoudite y intervient depuis 2015 pour soutenir les forces progouvernementales contre les rebelles houthis, soutenus par l'Iran, qui se sont emparés de vastes zones de l'ouest et du nord du Yémen dont la capitale Sanaa.

La France, le Royaume-Uni, les États-Unis et autres "responsables" en fournissant des armes

"Cinq ans après le début du conflit, les violations contre les civils yéménites se poursuivent sans relâche, avec un mépris total pour le sort de la population et une absence d'action internationale pour responsabiliser les parties au conflit", a déclaré Kamel Jendoubi, président du groupe d'experts.

Les experts de l'ONU demandent aussi à la communauté internationale de s'abstenir de fournir des armes susceptibles d'être utilisées dans le conflit, avertissant que la "légalité des transferts d'armes par la France, le Royaume-Uni, les États-Unis et d'autres États reste discutable".

"Les États peuvent être tenus responsables de l'aide ou de l'assistance qu'ils fournissent pour la commission de violations du droit international si les conditions de complicité sont remplies", insiste le rapport.

Le rapport sera présenté le 10 septembre devant le Conseil des droits de l'homme lors de sa prochaine session (du 9 au 27 septembre). Le groupe d'experts souhaite que le Conseil renforce son mandat en matière de lutte contre l'impunité en lui demandant de rassembler les éléments de preuve relatifs aux violations présumées face à l'actuelle "absence généralisée de responsabilité".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.