Accéder au contenu principal

Le Pentagone débloque 3,6 milliards de dollars pour le mur à la frontière mexicaine

La construction d'un mur à la frontière mexicaine est une promesse de campagne de Donald Trump.
La construction d'un mur à la frontière mexicaine est une promesse de campagne de Donald Trump. Agustin Paullier, AFP

À la demande du président américain Donald Trump, le ministère de la Défense a débloqué mardi 3,6 milliards de dollars pour renforcer des segments de mur à la frontière mexicaine et en construire de nouveaux.

Publicité

Le Pentagone a annoncé, mardi 3 septembre, avoir débloqué 3,6 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros) pour financer la construction de 280 km de mur anti-migrants à la frontière avec le Mexique, à la demande du président Donald Trump.

Mais il faudra faire des économies ailleurs : le ministère américain de la Défense a décidé de "reporter" 127 projets de construction et de modernisation des locaux militaires aux États-Unis et à l'étranger prévus dans son budget 2019, a indiqué à la presse un porte-parole du ministère, Jonathan Hoffman.

Parmi les projets affectés figure notamment un bâtiment de la prestigieuse académie militaire de West Point, a indiqué le leader des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.  "C'est une gifle pour les forces armées qui servent notre pays", a-t-il tweeté. Le président Donald Trump est "prêt à cannibaliser des fonds militaires déjà alloués pour satisfaire son ego et pour un mur qu'il a promis que le Mexique paierait", a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense Mark Esper "a décidé que ces projets de construction sont nécessaires pour soutenir l'usage des forces armées et le ministère de la Défense va donc mener 11 projets de construction militaire de barrière frontalière", a précisé Jonathan Hoffman.

>> À lire aussi : le webdocumentaire, l'Amérique au pied du mur

"La longueur totale [...] est de 175 miles", a précisé le responsable des affaires de sécurité intérieure au Pentagone, Kenneth Rapuano. Il a précisé qu'il s'agissait de renforcer des segments de barrière frontalière déjà existant mais considérés comme insuffisants, ainsi que de construire de nouveaux segments.

Les travaux de construction pourront débuter dans les trois prochains mois sur des terrains appartenant au département de la Défense. Les zones considérées sont notamment situées près de Yuma (Arizona), El Centro et San Diego (Californie), Laredo et El Paso (Texas).

Le général Andrew Poppas, directeur des opérations à l'état-major américain, a assuré que la construction de ces pans de mur frontalier permettrait de réduire le nombre des 5 000 militaires américains déployés à la frontière mexicaines à la demande de Donald Trump, qui souhaite endiguer une vague d'immigration en provenance d'Amérique latine.

"Selon moi, voler de l'argent à la construction militaire, chez nous et à l'étranger, va nuire à notre sécurité nationale, à notre qualité de vie et au moral de nos troupes, ce qui rend l'Amérique moins sûre", a commenté Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants (contrôlée par les démocrates), selon des propos rapportés par un de ses assistants.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.