Accéder au contenu principal

En Italie, les militants du Mouvement 5 Étoiles approuvent la coalition avec la gauche

Luigi Di Maio, chef du M5S, lors d'une conférence de presse le 3 septembre 2019 à Rome.
Luigi Di Maio, chef du M5S, lors d'une conférence de presse le 3 septembre 2019 à Rome. Andreas Solaro, AFP

Les militants du Mouvement Cinq Étoiles ont plébiscité, via un vote en ligne mardi, le projet de coalition avec le Parti démocrate italien. Giuseppe Conte, chargé de former un nouveau gouvernement, espère avancer sur ce dossier mercredi.

Publicité

Les adhérents du Mouvement 5 étoiles (M5S) ont approuvé avec environ 80 % des voix, mardi 3 septembre, le projet de coalition avec le Parti démocrate (PD), dans le cadre d'un vote en ligne, auquel ont participé 80 000 personnes. Ce vote ouvre ainsi la voie à la formation d'un nouveau gouvernement dans les jours à venir.

"Je suis très fier du vote d'aujourd'hui et du gouvernement à venir. [...] Ce gouvernement ne sera ni de gauche ni de droite. Il fera ce qui doit être fait", a déclaré à la presse Luigi Di Maio, chef de file du mouvement.

Le président du Conseil sortant, Giuseppe Conte, qui a été chargé la semaine dernière de former un nouveau gouvernement, espère achever mercredi la mise sur pied de cette nouvelle coalition. Il devra ensuite obtenir la confiance des deux chambres.

>> À lire aussi : Reconduit par le président, Giuseppe Conte veut faire revenir l'Italie au "premier plan en Europe"

Luigi Di Maio, critiqué ces derniers jours dans la presse pour ses atermoiements, y compris par le fondateur du M5S, le comique Beppe Grillo, avait levé lundi un obstacle de taille sur le chemin de la formation d'un nouveau gouvernement : il a renoncé à revendiquer un poste de vice-Premier ministre (dont il est actuellement titulaire) du moment que le PD y a également renoncé. Il pourrait désormais devenir chef de la diplomatie.

Programme commun

Le M5S, fondé il y a une dizaine d'années précisément pour s'opposer au Parti démocrate, s'est finalement rallié à lui pour éviter un retour aux urnes, après la rupture, le mois dernier, de son alliance avec la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini.

Le M5S et le PD ont dévoilé mardi un programme en 26 points qui met l'accent sur une augmentation des investissements pour relancer l'économie. Ils réclament en outre davantage de souplesse dans la mise en œuvre des règles budgétaires européennes, qu'ils jugent d'une "rigidité excessive".

Ils s'engagent aussi à instaurer un salaire minimum, à éviter la hausse de la TVA prévue pour janvier et à augmenter le budget de l'éducation comme celui de la recherche. Leur programme commun prône en outre la taxation des bénéfices des géants du Web et la création d'une banque publique pour stimuler le développement du sud de la péninsule.

Après son pari raté, le leader souverainiste Matteo Salvini n'a pas tardé à annoncer son plan de bataille pour revenir au pouvoir : "Dès aujourd'hui, vous m'aurez face à vous, plus en colère et déterminé qu'avant, j'irai de ville en ville et nous regagnerons ce pays", a-t-il lancé mardi dans un message sur Facebook.

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.