Accéder au contenu principal

Municipales 2020 : comment Cédric Villani compte ravir Paris

Cédric Villani a déclaré sa candidature depuis un bistrot du 14e arrondissement de Paris.
Cédric Villani a déclaré sa candidature depuis un bistrot du 14e arrondissement de Paris. Christophe Archambault, AFP

Annoncée mercredi soir après plusieurs semaines de suspense, la candidature de Cédric Villani à la mairie de Paris a soigneusement été préparée tout au long de l'été. Le mathématicien compte sur son image et des soutiens de poids pour l'emporter.

Publicité

Ce qui était devenu un secret de Polichinelle est désormais officiel : Cédric Villani a annoncé, mercredi 4 septembre, dans un café du 14e arrondissement, sa candidature dissidente à la mairie de Paris. Une décision qui met en difficulté le candidat officiel de La République en marche (LREM), Benjamin Griveaux, le parti présidentiel et aussi, par extension, Emmanuel Macron.

"J’ai la conviction que nous pouvons remettre l’Hôtel de Ville au service de ses habitants", a déclaré le mathématicien. "C'est pourquoi je vous annonce que j'ai décidé d'être candidat à la prochaine élection du maire de Paris."

L'annonce de Cédric Villani ne tombe pas du ciel. Sa garde rapprochée, qui était à l'œuvre depuis plus d'un an pour préparer sa candidature à l'investiture LREM, a poursuivi son travail tout l'été après la décision de la Commission nationale d'investiture (CNI) début juillet. Composée de profils rompus aux campagnes électorales, notamment aux élections locales, et de personnes ayant participé à la création d'En marche en 2016, cette équipe a passé les dernières semaines à structurer son organisation, à lever des fonds et à entretenir le lien avec les soutiens du célèbre mathématicien.

Côté organigramme, les rôles sont répartis. Baptiste Fournier, ancien directeur de cabinet du maire du Pré Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis, est directeur de campagne. Il est entouré de trois porte-parole ayant chacun une spécialité : l'adjointe au maire du 4e arrondissement Anne Lebreton s'occupera des questions sociales, la députée LREM du 13e arrdondissement Anne-Christine Lang se chargera des questions d'éducation, et le haut fonctionnaire Rayan Nezzar, un temps porte-parole du parti présidentiel, aura un rôle de conseiller politique et de plume. Enfin, le député du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin, ex-LREM, écologiste et proche de Nicolas Hulot, et la députée des Français de l'étranger Paula Forteza, présentée comme une spécialiste de l'innovation politique locale, tiendront une place importante dans le dispositif. Tout ce petit monde s'est réuni samedi 31 août pour une dernière journée de travail en commun avant l'annonce officielle de mercredi soir.

"Celui qui réussira à rassembler sera celui qui sera élu"

L'association de financement créée à l'occasion de la course à l'investiture a été maintenue et les dons ont continué d'affluer. Ceux-ci viennent de simples Parisiens, mais aussi de diverses personnalités issues du monde de la recherche ou de la culture. L'équipe de Cédric Villani a toutefois conscience que l'argent ne sera pas son point fort et qu'elle ne pourra rivaliser avec la campagne de Benjamin Griveaux, qui aura de toute la machine LREM derrière lui. "On peut faire plein de choses qui ne nécessitent pas d'argent, veut convaincre Rayan Nezzar, contacté par France 24. Davantage qu'un tract, ce qui compte, c'est le dialogue, ce sont les interactions."

L'équipe de Cédric Villani a également mis sur pied une campagne de communication pour entretenir l'idée d'une possible candidature : interview accordée à Paris Match mi-août, tribune de personnalités de la société civile publiée dans Le Parisien fin août, lettre à Benjamin Griveaux rendue publique début septembre... Rien n'a été laissé au hasard.

Les mots prononcés par le lauréat 2010 de la médaille Fields (équivalent du prix Nobel de mathématiques) pour son allocution au Café Gaité ont eux aussi été soigneusement choisis. Devant plusieurs dizaines de personnes rassemblées pour l'événement, il en a appelé "aux bonnes volontés de tous".

"Cette candidature, je la porterai avec vous, avec toutes celles et tous ceux, dans chacun des 17 arrondissements, qui seront prêts à unir leurs volontés et à élaborer ensemble un projet d’avenir", a-t-il promis. "Je la porterai avec bienveillance et liberté, jamais dans l’attaque mais toujours pour rassembler, non pour critiquer mais pour construire ensemble des solutions."

"On ne dira pas du mal des autres car nous avons vraiment la volonté de mener une campagne positive", détaille Rayan Nezzar, conscient que la candidature dissidente de Cédric Villani face à Benjamin Griveaux crée des remous au sein de La République en marche. "Celui qui réussira à rassembler sera celui qui sera élu, ajoute-t-il. Notre but sera donc de nous mettre en situation de pouvoir rassembler les autres candidats. Il faudra montrer que nous avons des vues et des visions compatibles."

L'actuel député de l'Essonne espère notamment convaincre les candidats Pierre-Yves Bournazel, député Agir du 18e arrondissement, et Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication du président Hollande, de le rejoindre. Cédric Villani les a rencontrés tous les deux ces dernières semaines. Son entourage assure que les trois hommes partagent la même vision. Il s'est également entretenu avec David Belliard, le candidat parisien d'Europe Écologie-Les Verts.

Pas de programme détaillé avant janvier

"Le spectre de la candidature Villani va de l'écologie politique à la droite progressiste, donc toutes ces personnes peuvent se retrouver, affirme Rayan Nezzar. Cédric Villani entend être le premier maire écologiste de Paris et répondre à l'anxiété des Parisiens qui ont l'impression de ne plus pouvoir vivre à Paris, de ne plus pouvoir respirer et de ne plus pouvoir se loger. La vision qu'il porte entend projeter Paris dans l'avenir."

Il faudra toutefois attendre janvier 2020 pour en savoir plus sur les propositions concrètes du mathématicien. Ce dernier entend mener une campagne similaire à celle d'Emmanuel Macron en 2017, qui avait attendu la dernière ligne droite pour dévoiler son programme. Son équipe de campagne se plaît d'ailleurs à faire le parallèle entre les deux hommes, en présentant régulièrement Cédric Villani comme "un homme libre" qui "a pris son risque" en se lançant dans la course.

Reste à savoir si le "hold-up" réussi en 2017 par le président de la République pourra être réédité en mars 2020 à Paris. "Des milliers de personnes sont prêtes à faire campagne et dans certains arrondissements, plus de la moitié des comités locaux de LREM sont avec nous", assure l'entourage du candidat.

"Les campagnes qui réussissent sont celles qui mêlent expérience, désir de renouvellement et soutiens enracinés dans la société civile, analyse Rayan Nezzar. Ensuite, il y a trois éléments à prendre en compte pour un candidat : la notoriété, la popularité et les intentions de vote. Or, tout indique que Cédric Villani a toutes ses chances."

Le mathématicien est connu par 80 % des Parisiens, selon son entourage, et bénéficie en effet d'une surface médiatique importante. Un sondage Ifop réalisé en juillet montre par ailleurs qu'une majorité de Parisiens ont une bonne opinion de lui, contrairement à ses concurrents : 51 % des sondés disaient ainsi avoir une opinion favorable de Cédric Villani, contre seulement 41 % pour Anne Hidalgo et 38 % pour Benjamin Griveaux. Quant aux intentions de vote, la même étude donnait Cédric Villani vainqueur au second tour face à Anne Hidalgo (51 %-49 %), alors que Benjamin Griveaux est donné perdant face à la maire socialiste sortante (49 %-51 %).

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.