Accéder au contenu principal

Plan urgences: "On est loin des attentes", estime Martinez (CGT)

Publicité

Paris (AFP)

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a estimé mardi que le plan de restructuration des urgences dévoilé la veille par Agnès Buzyn était "loin des attentes" des personnels, et a réclamé d'autres "choix politiques".

"On est loin des attentes du personnel", a déclaré le responsable syndical sur le plateau de France 2, ajoutant que la réponse au malaise des personnels des urgences n'était "pas à la hauteur des exigences et des besoins de la population". "Parce que cette grève, c'est d'abord pour répondre aux besoins de la population", a-t-il complété.

Interrogé sur les 750 millions d'euros sur trois ans puisés dans des crédits existants mais redirigés sur la réforme des urgences, il a répondu: "On ne dit pas que c'est rien mais ce n'est pas ce qu'il faut".

"Le problème de ce gouvernement sur la santé et sur le reste, c'est qu'il considère que le bien-être de la population, en tout cas améliorer le sort de la population, c'est une dépense", a-t-il expliqué.

"Est-ce que la santé, c'est une dépense ou un investissement? (...) Si c'est une dépense, on fait ce que fait le gouvernement, on réduit, si c'est un investissement (...) on fait des choix budgétaires", a détaillé M. Martinez. Il a proposé de "prendre un petit peu de budget au ministère des Armées (...) pour éviter de faire la guerre et on investit pour soigner les gens". "Ça, c'est des choix politiques", a-t-il conclu.

La CGT organise mercredi une journée d'actions dans le secteur de la santé au sens large, avec également les personnels des Ehpad où "le malaise reste posé" selon le responsable syndical.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.