Accéder au contenu principal

Des partisans de l'opposant Alexeï Navalny visés par des perquisitions massives

Un policier russe durant l'une des perquisitions contre les locaux de l'équipe d'Alexeï Navalny, à Perm le 12 septembre 2019.
Un policier russe durant l'une des perquisitions contre les locaux de l'équipe d'Alexeï Navalny, à Perm le 12 septembre 2019. Reuters, Reuters TV

Quatre jours après le revers de Russie unie aux élections locales, les autorités ont opéré près de 200 perquisitions, jeudi, dans les locaux et domiciles des équipes de Navalny, impliqué depuis l'été dans un mouvement de contestation électorale.

Publicité

L’étau se resserre autour du principal opposant à Vladimir Poutine. Fouilles dans tout le pays, saisies de matériel et comptes gelés, la police russe a procédé jeudi 13 septembre à une opération de grande envergure contre les collaborateurs d'Alexeï Navalny. Plus de 200 perquisitions ont eu lieu dans au moins 41 villes où travaillent ses équipes, d'après l'opposant russe.

"C'est la plus grande opération policière dans l'histoire de la Russie moderne", a soutenu le militant anticorruption dont l'organisation est visée depuis août par une enquête pour "blanchiment" d'argent. Les perquisitions ont, selon lui, été déclenché par la déroute du pouvoir dimanche à l'élection du Parlement de Moscou au cours de laquelle les candidats du Kremlin ont perdu près d'un tiers des sièges.

Bureaux et domiciles privés perquisitionnés

"Poutine est fâché et tape du pied", a-t-il encore dit, cette fois sur YouTube, apparaissant les traits tirés dans une vidéo faite à la hâte sur son téléphone portable.

 "On appelle ces perquisitions des raids mais, dans les faits, elles s'apparentent plus à des agressions et à des vols", a-t-il plus tard lâché en direct sur sa chaîne YouTube, ajoutant qu'à chaque fois "tous les équipements électroniques sont saisis, puis toutes les cartes bancaires de la personne sont bloquées".

Leonid Volkov, le bras droit de l'opposant, a précisé que l'opération avait visé "les appartements des coordinateurs et les bureaux, mais aussi les domiciles des collaborateurs et des bénévoles actifs". La police est notamment intervenue dans les villes de Nijni Novgorod, Vladivostok, Kazan, Novossibirsk et Saint-Pétersbourg ainsi que dans l'enclave de Kaliningrad.

Dans l'Oural, à Ekaterinbourg, des images diffusées par les médias locaux montrent des policiers encagoulés barrer l'accès au bureau local des partisans d’Alexeï Navalny. À Perm, des militants ont affirmé que les forces de l'ordre s'étaient introduites dans leurs locaux en passant par la fenêtre.

La semaine dernière, les locaux et le studio d'enregistrement de l'équipe de l'opposant avaient déjà été visés par une perquisition à Moscou.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.