Accéder au contenu principal

Le nouveau gouvernement italien autorise les migrants de l'Ocean Viking à débarquer

Des membres de l'équipe de l'Ocean Viking dans le port de Marseille, le 27 août 2019.
Des membres de l'équipe de l'Ocean Viking dans le port de Marseille, le 27 août 2019. Anne Chaon, AFP

L'Ocean Viking a été autorisé par Rome à accoster sur l'île de Lampedusa, avec à son bord 82 migrants secourus en mer. Ce feu vert du nouveau gouvernement italien rompt avec la politique de l’ancien ministre de l’Intérieur Matteo Salvini.

Publicité

L’Italie va-t-elle assouplir sa politique migratoire après le départ de l’intraitable ministre de l’Intérieur Matteo Salvini ? Le nouveau gouvernement a autorisé, samedi 14 septembre, le bateau humanitaire Ocean Viking, affrété par les ONG françaises SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), à débarquer sur l'île de Lampedusa avec 82 migrants sauvés en mer, rompant ainsi avec la politique intransigeante du précédent gouvernement.

L'Ocean Viking a indiqué sur Twitter avoir reçu le feu vert des autorités italiennes seulement cinq jours après la première opération de sauvetage de sa nouvelle campagne au large de la Libye.

Le président du Conseil, Giuseppe Conte, dont le nouveau gouvernement de coalition entre le Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste) et le Parti démocrate (PD, centre gauche) a pris ses fonctions mardi, avait dit jeudi que plusieurs pays européens s'étaient engagés à accueillir les migrants à bord de l'Ocean Viking, sans pour autant l'autoriser immédiatement à entrer dans les eaux italiennes.

Des migrants répartis dans cinq pays européens

Selon des précisions à l'AFP du ministère de l'Intérieur français, les 82 migrants qui débarqueront à Lampedusa seront ensuite répartis dans cinq pays européens – Italie, France, Allemagne, Portugal et Luxembourg – aux termes d'un accord ad hoc.

"Il nous faut maintenant nous entendre sur un véritable mécanisme temporaire européen", a estimé, sur Twitter, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Le positionnement du nouveau gouvernement italien sur la question migratoire est très attendu par les organisations humanitaires et les partenaires européens de Rome après le bras-de-fer permanent entretenu par l'ancien ministre de l'Intérieur et dirigeant de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, qui avait fermé les ports italiens aux bateaux de sauvetage en les accusant d'encourager l'immigration illégale.

La question pourrait provoquer des tensions au sein de la nouvelle coalition, le PD étant favorable à une politique plus généreuse en la matière, tandis que le chef de file du M5S et nouveau ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a plaidé pour la poursuite de la politique du gouvernement précédent.

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.