Accéder au contenu principal

États-Unis : grève monstre chez General Motors

Des employés de General Motors se préparent pour la grève dans le Michigan, le 15 septembre 2019.
Des employés de General Motors se préparent pour la grève dans le Michigan, le 15 septembre 2019. Jeff Kowalsky, AFP

Le puissant syndicat automobile américain UAW a appelé 46 000 employés du constructeur General Motors (GM) à la grève pour peser sur les négociations d'une nouvelle convention collective.

Publicité

Les quelque 50 000 travailleurs intérimaires de General Motors ont été appelés à cesser le travail, dimanche 15 septembre à minuit, à l'appel du syndicat United Auto Workers (UAW).

"Les responsables syndicaux de tout le pays se sont réunis dimanche matin après l'expiration samedi dans la nuit de la convention collective de General Motors datant de 2015, et ont choisi de se mettre en grève à minuit dimanche", a écrit le syndicat United Auto Workers (UAW) dans un communiqué.

Des négociations au point mort

Cette grève risque d'interrompre la production de voitures à travers les États-Unis du numéro un du secteur. Le mouvement social fait suite à l'échec des négociations avec la direction sur un vaste éventail de sujets, allant des salaires à la protection médicale. La direction de GM a regretté que l'UAW "ait choisi de faire grève ce soir", estimant avoir présenté "une offre solide" pour la nouvelle convention.

Le fossé reste grand entre les revendications des syndicats et les propositions de la direction sur les salaires, les prestations de soins de santé, le statut des travailleurs temporaires et la sécurité de l'emploi, a toutefois estimé Terry Dittes, vice-président de l'UAW chargé des négociations.

Lancées en juillet, les négociations sont pour le moment au point mort. "Les membres de l'UAW n'ont jamais faibli dans la lutte pour ce qui est équitable et juste" a ajouté ce responsable à l'issue de la réunion, à Détroit, entre les délégués des syndicats locaux de l'UAW. "Nous défendons les droits fondamentaux des travailleurs et travailleuses de ce pays ", a ajouté Terry Dittes.

L'UAW veut aussi empêcher la fermeture de chaînes d'assemblage dans l'Ohio et le Michigan, que la direction du premier constructeur américain juge indispensable pour adapter son outil de production aux changements du marché automobile.

Une grève test

GM n'a plus connu de grande grève depuis douze ans. Les salariés avaient alors arrêté le travail pendant deux jours. En 1998, une grève de 54 jours avait paralysé l'usine de Flint, dans le Michigan.

La mobilisation sera un test pour Mary Barra, la directrice générale du groupe, mais aussi pour le syndicat UAW, dont les caisses de grève ne prévoient de verser que 250 dollars par semaine aux ouvriers grévistes, bien en-dessous de leur rémunération.

Au deuxième trimestre, le géant de Détroit, sauvé de la banqueroute en 2009, a enregistré une hausse de son profit net de 1,2 % à 2,41 milliards de dollars sur des ventes un peu en baisse de 36,06 milliards de dollars (-1,9 %).

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.