Accéder au contenu principal
EXCLUSIF

Présidentielle tunisienne : "Je ne suis le candidat d'aucun parti et je le resterai", promet Kaïs Saïed

Le juriste Kaïs Saïed est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle en Tunisie.
Le juriste Kaïs Saïed est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle en Tunisie. Anis Mili, AFP (archives)

Arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle tunisienne avec 18,4 % des voix, le juriste constitutionnaliste, Kaïs Saïed, estime incarner le renouveau dont le pays a besoin. Entretien exclusif.

Publicité

Surprise du scrutin, Kaïs Saïed explique son score qui le place en tête du scrutin car il incarne selon lui, le renouveau de la politique tunisienne. "Beaucoup d'autres acteurs de la Tunisie n'ont pas compris que la Tunisie était entrée dans une nouvelle phase de son histoire. Ma candidature était indépendante, je n'ai pas mené une campagne électorale, mais une campagne explicative et c'est cela qui a fait la différence. Et le peuple tunisien a compris ce tournant historique du pays."

Rien d'étonnant donc, à ce que ce candidat que l'on "considère, selon lui, comme atypique", qui "incarne quelque chose de nouveau", arrive en tête du scrutin. […] "Les Tunisiens souhaitent entendre d'autres propos, un autre discours parce que nous sommes entrés dans une nouvelle ère."

Je ne suis le candidat d'aucun parti

Au chapitre de la politique extérieure de la Tunisie, le candidat indépendant n'envisage pas de changement de cap majeur. "Je continuerai la politique extérieure qui est actuellement menée. La Tunisie restera toujours un pays ouvert sur le monde, c'est son histoire même, lié à sa position géographique."

Et concernant les relations entre la France et la Tunisie, Kaïs Saïed reconnaît avoir connu des moments "tumultueux". Mais le candidat indépendant invite tout le monde à dépasser "ces moments pour renforcer la coopération avec la France et tous les pays de l'Union européenne. Nous avons besoin d'une compréhension mutuelle."

Enfin, les rumeurs qui attestent l'idée que sa candidature ne serait que le Cheval de Troie d'Ennahdha, Kaïs Saïed est sans équivoque : "Je n'ai jamais appartenu à un parti. Je ne suis le candidat d'aucun parti, je le suis et je le resterai."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.