Accéder au contenu principal

Mondial de rugby : bousculé, le Japon s'en sort face à la Russie

Le Japon a dominé la Russie pour son premier match du Mondial-2019 de rugby.
Le Japon a dominé la Russie pour son premier match du Mondial-2019 de rugby. Toshifumi Kitamura, AFP

Pour son entrée en lice à la Coupe du monde de rugby 2019, le Japon s'est fait une belle frayeur face à la Russie, décrochant tout de même un succès malgré un premier acte très compliqué. Matsushima s'est offert un triplé pour les Brave Blossoms.

Publicité

La Coupe du monde de rugby 2019 a débuté par une petite surprise, puis par un grand ouf de soulagement pour le Japon. Le pays-hôte, qui affrontait la Russie pour son entrée en lice, s’est fait peur mais a finalement assuré l’essentiel : un succès bonifié (30-10, quatre essais inscrits) qui lui permet de préserver ses chances de qualification pour les quarts de finale du tournoi.

Face à la modeste Russie, 20e nation mondiale, les Brave Blossoms ont mis plus d’une demi-heure à se mettre en marche. Imprécis, maladroits, ils ont même encaissé le tout premier essai de la compétition après seulement cinq minutes de jeu. La faute à l’arrière Tupou, auteur d’une grossière erreur à la réception d’une chandelle, qui a laissé filer Golosnitskiy à l’essai sous les regards médusés des supporters de l’Ajinomoto Stadium (5e, 0-7).

Après dix minutes de souffrance, le Japon a fini par retrouver un peu de son jeu, et la révolte a été menée par l’excellent Matsushima, intenable sur l’aile droite. Il a tout d’abord franchi une première fois la ligne d’essai avant le quart d’heure de jeu (12e, 5-7), avant de récidiver un peu plus tard (35e). Un nouvel essai finalement refusé par M. Owens après visionnage de la vidéo, mais qui n’a pas empêché le 14 des Brave Blossoms de signer un doublé avant la pause (38e, 12-7).

Matsushima voit triple

Au retour des vestiaires, les Japonais ont enfin appuyé sur l’accélérateur. Tamura leur a tout d'abord donné un peu plus d'air au pied (45e, 15-7), avant que Labuschagné ne marque le troisième essai des siens sur un ballon arraché (48e, 20-7).

Mais même à l’abri, les hommes du Néo-Zélandais Jamie Joseph ont continué à souffrir, et Kushnarev est même parvenu à ramener les siens à dix points, sur pénalité (60e, 20-10). Insuffisant toutefois pour remettre totalement la Russie dans la partie, d'autant que Tamura a lui-aussi pris sa chance dans la foulée (64e, 23-10).

Et la libération des Japonais est finalement intervenue en fin de rencontre, sur un ballon de contre conclu par l'inévitable Matsushima, qui s'est offert un triplé et a assuré par là même le point de bonus offensif (70e, 30-10).

Contrat rempli, donc, pour le pays organisateur de la Coupe du monde 2019, qui fait le plein de points après ce premier match, même si l’étonnante résistance des Ours russes ne sera pas passée inaperçue. Et ce d’autant plus qu’ils ne doivent leur présence en Asie qu’à la disqualification sur tapis vert de l’Espagne, la Roumanie et la Belgique, toutes écartées pour avoir aligné des joueurs non éligibles durant les éliminatoires. L’enfer qu’on prédisait aux hommes du Gallois Lyn Jones ne s’est finalement pas matérialisé, et tant mieux pour le suspense de cette première joute du Mondial-2019.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.