Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Montée des eaux à New York : "À terme, nous devrons quitter ces rivages"

À New York, le niveau de l'eau devrait monter de près de deux mètres d'ici la fin du siècle.
À New York, le niveau de l'eau devrait monter de près de deux mètres d'ici la fin du siècle. Capture d'écran France 24

Les littoraux de plusieurs grandes villes sont menacés à moyen terme par le réchauffement climatique. C'est le cas de Jakarta et de Bangkok mais aussi de New York, où le niveau de l'eau devrait monter de près de deux mètres d'ici la fin du siècle.

Publicité

La ville de New York est une mégalopole entourée par l'eau. Une menace de plus en plus présente avec le réchauffement climatique. Il y a sept ans, la "Big Apple" était frappée par l'ouragan Sandy, qui ravageait des quartiers entiers et faisait 48 morts.

Dans ces logements sociaux du sud de Manhattan, une vague de 4 mètres a déferlé et a pris au piège les habitants. "Les gens ne s'attendaient pas à ce que quelque chose de semblable arrive", explique Aixa Torres, présidente de l'association des habitants du quartier. "On voit ça à la télé, ça arrive dans le Pacifique, ça n'arrive pas à Manhattan... Eh bien si, c'est arrivé ici."

Après Sandy, la ville de New York a lancé un plan d'action de 20 milliards de dollars, le projet "Big U", sur lequel a travaillé l'architecte Simon David. Faute de consensus, les travaux commenceront seulement au printemps 2020. "Nous devons créer une barrière (pour stopper les vagues, NDLR). Parfois cela doit être une pente, parfois un mur ou encore une porte qui peut monter et descendre en fonction de la circulation. Et en réalité tout cela doit faire barrière à l'océan."

Selon les dernières projections, le niveau de l'eau à New York devrait monter de près de deux mètres d'ici la fin du siècle, sans compter les ouragans de type Sandy qui seraient plus fréquents et plus violents. Pour Klaus Jacob, climatologue, une solution radicale s'impose. "À terme, nous devrons quitter ces rivages au niveau de la mer. Nous n'avons plus le choix et aujourd'hui on ferme les yeux là-dessus", explique-t-il.

New York a un plan à court terme, mais les Nations unies le répètent : il faut penser encore plus loin. Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, espère convaincre les chefs d'État et de gouvernement lors du sommet sur le climat qui se tiendra lundi à New York.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.